En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Newsletter

Gallia 71.1 - 2014

Discipline : Archéologie / Préhistoire

Collection : Gallia

Publication date : 17/12/2014

Auteurs : Sous la direction de WILLIAM VAN ANDRINGA

ISBN : 978-2-271-08268-8

Format : 22.0 x 28.0 cm

Pagination : 328

Gallia 71.1 - 2014

La fin des dieux

Sous la direction de WILLIAM VAN ANDRINGA

59,00

Il est un fragment d’histoire encore mal cerné et mal expliqué, celui de l’évolution des lieux de culte païen de l’Occident romain du IIIe au Ve siècle apr. J.-C. Tout a été dit ou presque, à partir des sources disponibles, sur la restauration de l’État impérial et des cités de l’Antiquité tardive après la crise du IIIe siècle, sur la lente intégration des communautés chrétiennes dans le paysage des cités et la continuité du paganisme jusqu’à sa quasi-destruction sous Théodose à la fin du IVe siècle. Cependant, dans le tableau des mutations en oeuvre à partir du IIIe siècle, l’évolution des systèmes religieux mis en place par les cités d’Occident à partir de l’époque augustéenne reste, pour une grande part, mystérieuse. La faute en incombe en premier lieu à la disparition des documents épigraphiques après 250, mal relayés par des textes provenant d’auteurs chrétiens ou païens, souvent rhétoriques et surtout polémiques.
Que sont alors devenus les grands sanctuaires civiques construits et restaurés à grand frais aux Ier et IIe siècles par les élites locales ? Qu’est-il advenu des grandes fêtes civiques et des sacrifices donnés en l’honneur des divinités municipales à partir de l’effondrement de l’État romain au IIIe siècle et de sa restauration à partir de Dioclétien ? Le silence quasi total des sources écrites sur la vie dans les sanctuaires des Gaules et des régions voisines aux IIIe et IVe siècles imposait de prendre en compte les données archéologiques. C’est ce que propose ce dossier nourri de résultats tirés des fouilles récentes avec deux constats majeurs qui amènent à revoir l’histoire du polythéisme tardif : l’abandon de nombreux grands sanctuaires civiques dès la seconde moitié du IIIe siècle et l’avènement d’un autre paganisme au IVe siècle.

Sous la direction de WILLIAM VAN ANDRINGA

William Van Andringa est professeur à l’université Lille-III et directeur des publications Gallia. Il effectue des recherches depuis plus de vingt-cinq ans sur les transformations religieuses dans les provinces de Gaule ainsi que sur la religion dans les cités du Vésuve. Il a également travaillé sur le sacrifice et les pratiques alimentaires. Un autre de ses champs d’investigation concerne les nécropoles et les pratiques funéraires à l’époque romaine. Il a écrit et édité plusieurs ouvrages sur la religion en Gaule romaine ainsi que sur les pratiques religieuses et funéraires à Pompéi.

Cet ouvrage a été publié avec la précieuse collaboration de Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier ; il a bénéficié de la collaboration de chercheurs et spécialistes issus de l’Inrap, des collectivités, de l’université et du CNRS.