En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Articles à la une

Voir les actualités

Newsletter

Anthropologie des réseaux en Asie Centrale

Discipline : Ethnologie/Anthropologie

Collection : CNRS Alpha

Publication date : 29/12/2011

Auteurs : Svetlana GORSHENINA, Anne DUCLOUX, Anna JARRY-OMAROVA

ISBN : 978-2-271-07214-6

Format : 15.0 x 23.0 cm

Pagination : 310

Anthropologie des réseaux en Asie Centrale

Svetlana GORSHENINA , Anne DUCLOUX , Anna JARRY-OMAROVA

29,00

Les modes de fonctionnement et les structures internes des sociétés d’Asie centrale – prise au sens large puisque la présente étude traite aussi bien de la Mongolie que de l’Ouzbékistan, en passant par la République de Touva en Sibérie – demeurent largement méconnus en Occident où les analystes décrivent encore exclusivement ces systèmes en des termes à connotation négative tels que « clans », « régionalisme », « népotisme » ou « corruption ». Réunissant les travaux d’anthropologues, de sociologues, de politistes et d’historiens, cet ouvrage présente plusieurs types de réseaux sociétaux qui, selon un long continuum, vont des plus complets, assimilables à des organisations au sens sociologique du terme, à d’autres, strictement personnels et égocentrés, en passant par toute une série de types intermédiaires, typiquement centrasiatiques, dans lesquels se mêlent relations personnelles, relations de parenté et relations d’affaires. Résultant d’enquêtes menées selon le principe de l’observation participante, étalées sur plusieurs années, ces études montrent l’étonnante plasticité de ces réseaux qui, malgré les profonds bouleversements survenus en Asie centrale durant ces deux dernières décennies, ont su s’adapter aux nouvelles exigences nées de l’effondrement de l’Union soviétique. Dépourvus de limites précises, souvent difficiles à circonscrire, ces réseaux sont le reflet des modes de gouvernance, des systèmes de pensée politique, des solidarités traditionnelles et des méthodes d’appropriation du pouvoir et surtout d’acquisition de prestige, ce bien symbolique tant recherché par les populations de cette région.

Du même auteur