En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Newsletter

Hegel et l'Afrique

Discipline : Ethnologie/Anthropologie

Collection : Bibliothèque de l’Anthropologie

Publication date : 26/01/2017

Auteurs : Alfred ADLER

ISBN : 978-2-271-09423-0

Format : 15.0 x 23.0 cm

Reliure : Broché

Pagination : 240

Hegel et l'Afrique

Histoire et conscience historique africaines

Alfred ADLER

25,00

La conscience africaine se voit trop souvent caractérisée par son immédiateté et son innocence. Un chef d’État français n’a-t-il d’ailleurs pas récemment déclaré aux élites intellectuelles africaines, à l’université de Dakar, que leur continent n’était pas assez entré dans l’Histoire ? Au-delà de ces clichés, comment penser l’Afrique noire dans un monde où l’Occident a prétendu pendant plus de cinq siècles dominer tant les échanges commerciaux que les échanges d’idées ?

Dans une démarche à la fois anthropologique, historique et philosophique, Alfred Adler répond à cette question en s’intéressant à l’œuvre d’Hegel. Ce penseur a, en effet, été convoqué par de nombreux philosophes africains tant pour utiliser sa dialectique libératrice que pour réfuter son discours professoral sur l’Afrique qui pâtissait de ses préjugés. Revenir vers le texte hégélien afin d’en extraire la substance intellectuelle toujours vivante et stimulante en la confrontant à l’histoire de l’Afrique, en particulier les empires de Ghana et Songhay : tel est l’objet de cet ouvrage.

En se confrontant à l’« essence » de l’homme africain selon Hegel et à l’idée qu’en Afrique, il n’y a pas de place pour l’éclosion des idées, Alfred Adler nous invite à théoriser une histoire et une conscience propres à ce continent. À l’Afrique, dès lors, de s’inventer un destin.

Alfred ADLER

Est anthropologue, spécialiste de l’ethnie africaine Moundang dont il a étudié l’histoire et l’organisation sociale.