En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Newsletter

Gallia 69.1 - 2012

Discipline : Histoire antique

Collection : Gallia

Publication date : 06/12/2012

ISBN : 978-2-271-07563-5

Format : 22.0 x 28.0 cm

Pagination : 346

Gallia 69.1 - 2012

Archéologie de la France antique

54,25

Les nécropoles sont un observatoire privilégié de l’histoire des sociétés permettant de mieux comprendre leurs mutations, leurs évolutions. L’étude des nécropoles de l’Antiquité, qui se caractérisent par une grande diversité et variabilité à un même moment, d’un lieu à un autre, mais également sur la durée, constitue donc un domaine de recherche primordial pour l’archéologue et l’historien. Ce dossier propose d’enrichir la réflexion en étudiant l’organisation de plusieurs ensembles funéraires, urbains et ruraux des provinces de Gaules qui concernent les cinq premiers siècles de notre ère : Soissons, Mécleuves, Vâton, Ty Korn et Saint-Marcel.

L’ensemble fouillé à Soissons apporte un exemple, rarement représenté en Gaule, d’aires de crémations associées à un quartier funéraire spécialisé dévolu pendant un certain temps au moins à des sépultures d’immatures. À la Haie aux Angles, à Mécleuves, l’ensemble funéraire, sans doute familial, installé le long de la route qui filait vers Metz-Divodurum, est inauguré par une cérémonie spectaculaire destinée à honorer les dieux infernaux et un défunt important. La cérémonie des funérailles est également documentée de façon remarquable dans la nécropole aristocratique de Vâton chez les Viducasses. Dans ce cas précis, le fondateur ou plutôt la fondatrice est sans doute à chercher dans les propriétaires de la villa voisine. L’installation dans les campagnes armoricaines des nécropoles de Saint-Marcel et de Ty Korn montre qu’à partir de la fin du ive siècle, on change de monde. La présence dans les tombes de mobilier germanique ou de Bretagne insulaire est un indice supplémentaire du lien que l’on peut établir entre l’évolution des pratiques funéraires et les mutations des sociétés à la fin de l’Antiquité.