Le vide stratégique

Le vide stratégique

20,00 (Disponible en numérique)

Affolement des marchés, des médias, des responsables politiques, réactions aveugles, emballements des dettes souveraines, spéculations financières, révolte des peuples et répressions : et si la succession des crises et des impasses où elles semblent nous conduire résultaient d’un vide stratégique ?

Produit d’une lente construction qui, depuis la Guerre froide, a remplacé l’art de la stratégie par celui de la seule tactique, le vide stratégique est aujourd’hui la conséquence d’une information surabondante, d’un culte exagéré du calcul, de la dictature de l’immédiat. Il crée des situations où les modèles, comme les idéologies, se révèlent incapables d’expliquer, de comprendre et de prédire ce qui survient.

Après avoir rappelé les évolutions de la pensée stratégique, de Sun Zi et des strategoi athéniens à Clausewitz et Galula, l’auteur montre comment la disparition du stratégique au début du xxie siècle empêche de penser le futur pour se limiter au seul contrôle du présent. Synonyme d’ignorance, de défaillance et d’absence de discernement, le vide stratégique est devenu une source extraordinaire de profits pour la grande criminalité, les sociétés militaires privées, les trafiquants, les intermédiaires financiers. Ce monde qui a perdu sa capacité à définir et à expliquer l’état des choses n’a, paradoxalement, jamais créé autant de richesses. Ni autant de pauvreté…

Un essai qui sonne comme un avertissement.

,
9782271073440
26/01/2012
14.0 x 22.0 cm

« L’auteur du vide stratégique prend le contrepied de la pensée dominante qui domine la classe politique. »

www.knowckers.org, le 28 janvier 2012

 

« Le dernier ouvrage de Philippe Baumard ouvre enfin le débat de fond que fuit le monde politique depuis la fin du gaullisme.(…) Il a osé sortir de la bulle contemplative en abordant la question centrale de la stratégie. »

Christian Harbulot, www.infoguerre.fr, le 30 janvier 2012

 

« Ce qui est intéressant dans son livre, c’est d’abord l’hypothèse de départ elle-même, celle d’une rationalité limitée des principaux acteurs de la mondialisation, qui naviguent à vue. »

Philippe Arnaud, Le Monde, 6 février 2012

 

« Les périodes de vide stratégique sont déplaisantes (car elles engendrent colère et dépit), elles sont également l’occasion d’une remise en cause salutaire. »

Business digest, mars 2012

 

« Alors qu’aucune vision de société n’émerge et que personne ne paraît capable de dire à quoi ressemblera demain notre univers actuel, l’auteur plaide pour un renouveau de l’imagination stratégique qui passe par le refus de nos routines et l’acceptation assumée de l’inattendu, même le plus incongru. »

Revue Banque, Avril 2012

 

Philippe Baumard était l’invité de Caroline Lachowski sur RFI dans l’émission « Autour de la question », mardi 13 mars 2012, de 11h à 12h.

 

« Professeur à l’École Polytechnique, l’auteur pointe les trois crises majeures : sociale, économico-financière et énergétique. »

La Revue d’Études, juillet 2012

 

« Au fil d’une longue analyse historique, de la Chine antique à Clausewitz, Philippe Baumard, empruntant moult références aux stratèges militaires et aux exégètes, nous raconte la stratégie quand, soudain, Hiroshima anéantit 26 siècles de pensée stratégique. »

Anne-François de Saint Salvy, Futuribles, septembre 2012

 

« Comme Philippe Baumard l’établit dans une érudite mais jubilante
comparaison (Le Vide stratégique, CNRS éditions, 2012), l’étude des entreprises qui ont mis en place des plans stratégiques, se sont dotées d’une direction de la stratégie et ont formalisé leur travail
stratégique établit seulement que celles-là gagnaient plus d’argent que les autres. »

Hervé Juvin, L’Expansion Management Review, décembre 2012.

 

 » Derrière la posture conquérante le vide strategique et la peur paralysante. Livrée à la tyrannie du global et de l’immédiat le pensée se reduit à des techniques standards. « Notre diagnostic strategique reflète plus l’instrument que nous avons utilisé pour observer le réel que le réel lui-même » écrit Philippe Baumard dans son livre intitulé précisément Le Vide stratégique. »

L’essentiel de l’optique, mai 2014.

 

 » L’humanisme démocratique mis en avant par l’Occident depuis le siècle des Lumières n’a pas pacifié le monde et s’avère incapable de proposer la moindre issue à ce que Philippe Baumard définit désormais comme un vide stratégique. Dans un monde dangereux et instable, la France n’a pas d’autre choix que de réinventer sa puissance pour préserver l’avenir de son peuple et éviter de se saborder. « 

www.knowckers.org, 4 juin 2014.

 

« En ce sens, comme l’écrit Philippe Baumard, chaque citoyen du monde est devenu une petite manufacture à publicité, dont il est le producteur, le stratégiste média, le propagandiste et le client. »

Olivier Hassid, Esprit, juin 2014

Du même auteur
Les médias en parlent