En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Newsletter

La chair, les hommes et les dieux

Discipline : Géographie

Publication date : 11/01/2018

Auteurs : Michaël BRUCKERT

ISBN : 978-2-271-11524-9

Format : 15.0 x 23.0 cm

Reliure : Broché

Pagination : 408

La chair, les hommes et les dieux

La viande en Inde

Michaël BRUCKERT

25,00

Les études actuelles sont alarmantes : la consommation de viande dans le monde a explosé ces dernières décennies, jusqu’à enregistrer en cinquante ans une croissance de 1 400% en Asie, au risque d’une crise sanitaire et écologique sans précédent.
En Inde, pourtant, la viande est marginale, voire parfois proscrite : sa consommation est régulée par des logiques religieuses, morales, médicales ou économiques. L’on ne mange pas la même chose, ni de la même façon, selon que l’on est hindou de haute ou basse caste, musulman ou chrétien, homme ou femme, urbain ou rural, militant nationaliste ou partisan du sécularisme. Car la viande est également un véritable objet politique, support de revendications identitaires.
L’urbanisation, l’industrialisation, la mondialisation, modifient néanmoins progressivement les réseaux d’approvisionnement, ainsi que le rapport des Indiens à cet aliment singulier dont la consommation augmente. Cette transition alimentaire n’est cependant pas généralisée, tant les pratiques diffèrent en fonction des types de viandes, des individus et des contextes. En Inde, le rapport à la viande contribue à dessiner des géographies, façonnant des territoires et des circuits, définissant des distances réelles ou symboliques entre les hommes et les animaux.
À l’heure où l’Occident s’interroge sur sa consommation carnée, cette belle étude du monde indien offre une résonance particulière.

Michaël BRUCKERT

Michaël Bruckert est géographe. La thèse dont est issu cet ouvrage a reçu le prix de l’innovation de thèse de la Société de géographie.