En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Articles à la une

Voir les actualités

Newsletter

La fin d’un grand partage

Discipline : Sociologie / Ethnologie / Anthropologie

Publication date : 19/02/2015

Auteurs : Pierre CHARBONNIER

ISBN : 978-2-271-08211-4

Format : 15.0 x 23.0 cm

Pagination : 314

La fin d’un grand partage

Nature et société, de Durkheim à Descola

Pierre CHARBONNIER

25,00

Les relations de l’homme et de son organisation sociale au milieu naturel ont longtemps été étudiées dans le cadre d’une opposition entre nature et société. Mais la crise écologique invite à nous interroger sur ce partage, et à revenir sur le sens de ce clivage. L’objectif de ce livre est d’éclairer les ambiguïtés du rapport à la nature des modernes, en relisant du point de vue de la nature cette histoire jalonnée par trois oeuvres, Les formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim, La pensée sauvage de Lévi-Strauss et Par-delà nature et culture de Philippe Descola.
Y a-t-il un paradoxe à parler de la nature comme d’un fait social ?
Quelle signification et quelle valeur accorder aux sociétés restées indifférentes au partage entre nature et société ? Quels concepts mobiliser aujourd’hui pour faire face à la transformation de nos rapports collectifs à la nature ? Alors que la nature est de plus en plus humanisée et que les affaires humaines doivent en retour toujours plus composer avec elle, le grand partage du naturel et du social semble perdre toute pertinence.

Pierre CHARBONNIER

Pierre Charbonnier est chargé de recherches au CNRS (EHESS – Institut Marcel Mauss, LIER). Ses travaux portent sur les relations entre les sciences sociales et la question environnementale, d’un point de vue à la fois épistémologique et politique.

Revue de presse

"Pierre Charbonnier retourne aux origines modernes de cette topique, en étudiant la pensée des rapports du naturel au social dans le positivisme d’Auguste Comte, l’anthropologie d’Edward B. Tylor, la sociologie et l’anthropologie religieuses d’Émile Durkheim, notamment à travers ses...