La vie psychique, objet du droit

26,00 (Disponible en numérique)

Ces dernières décennies, un phénomène juridique et politique d’ampleur a vu le jour : l’immixtion du droit dans la sphère intime
des individus.
Cet ouvrage vise à montrer la prise en compte croissante de la dimension psychique des personnes par l’État. L’intérêt porté à l’intériorité ne se limite plus à la volonté et à ses déclinaisons, mais s’ouvre désormais à l’identité, au sexe, à la souffrance, à la filiation psychiques comme au libre épanouissement et au bien-être. Désormais, les préjudices d’anxiété ou les troubles de stress post-traumatiques sont juridiquement reconnus, et les comportements psychiques encadrés au même titre que les comportements physiques. Cette évolution marque l’émergence d’un sujet psychique dans la sphère juridique et invite à repenser les usages du corps dans le droit et la science du droit.
Cet ouvrage déplace le regard vers la dimension intérieure de la personne et s’attache à identifier, décrire et analyser les normes juridiques visant un fait psychique. Comment sont-elles organisées ? Comment évoluent-elles ? À quelles conditions est-il possible de connaître concrètement un fait par nature non directement observable ? Quels procédés et nouvelles sciences les acteurs du droit mobilisent-ils
pour s’en emparer ? Dans quelle mesure l’encadrement juridique
des psychismes individuels est-il devenu un enjeu majeur de nos politiques publiques ?
L’introduction de la psyché dans le droit d’États démocratiques constitue une nouvelle étape décisive de la modernité et la psychépolitique un nouveau versant de la biopolitique contemporaine.

  • Géraldine Aïdan

    Géraldine Aïdan est docteure en droit public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), chargée de recherches au CNRS et directrice adjointe du Centre d’Études et de Recherches de Sciences administratives et politiques (CERSA).

,
9782271094995
23/06/2022
360
15 x 23 cm
Les médias en parlent