Catholique et antisémite

Le réseau de Mgr Benigni, 1918-1934

25,00 (Disponible en numérique)

Dès le début des années 1920, le succès des Protocoles des Sages de Sion encourage la formation de réseaux antisémites à l’échelle mondiale, bien avant leur reprise par le fascisme et le nazisme. En montrant la participation active de groupes catholiques et de figures ecclésiastiques dans cette internationale antisémite, Nina Valbousquet met au jour un aspect méconnu de cette histoire. Croisant des archives inédites, françaises, italiennes et vaticanes, l’historienne reconstruit le réseau mené secrètement par Mgr Umberto Benigni, proche du pape Pie X, journaliste et professeur, traducteur des Protocoles, reconverti en espion fasciste pour le régime de Mussolini.
Véritable plongée dans les milieux du catholicisme intégral, du clérico-fascisme et de l’extrême droite nationaliste de l’entre-deux-guerres, cet ouvrage propose une galerie de portraits : des militants de l’Action française aux nationalistes roumains, en passant par les Russes anticommunistes exilés entre New York, Londres, Copenhague, Rome et Berlin. Nina Valbousquet démontre que, loin de se limiter à la tradition antijuive chrétienne, l’antisémitisme de ces milieux catholiques fait feu de tout bois, amalgamant antilibéralisme, antisionisme, croisade anticommuniste et racisme.
Un éclairage indispensable à l’heure de l’ouverture des archives de Pie XII pour la période de la Shoah.

9782271116956
28/05/2020
328
15 x 23 cm

« Piochant dans des archives françaises, italiennes et vaticanes inédites, elle nous fait découvrir l’existence, au cœur du pouvoir ecclésiastique, d’un antisémitisme chrétien qui ne se limite pas à la seule tradition antijuive, mais amalgame volontiers antilibéralisme, antisionisme, anticommunisme et racisme. Une passionnante enquête. »

Victoria Gairin, Le Point Référence, septembre 2020

« Nina Valbousquet brosse un portrait et un tableau passionnants de l’antisémitisme catholique, incarné par un homme qui tente de lui donner une résonance mondiale. Cette thèse restitue l’itinéraire et les réseaux d’Umberto Benigni, ecclésiastique aux multiples facettes, dont l’antisémitisme apparaît comme un aspect structurant. »

Sylvain Boulouque, Non Fiction, août 2020

Les médias en parlent