Istanbul

Istanbul

la Sépharade

29,00

1492 constitue un tournant capital dans l’histoire du peuple juif. C’est cette année-là que fut expulsée d’Espagne la plus nombreuse des communautés juives médiévales. En l’espace d’une cinquantaine d’années, la grande majorité des Sefaradim – l’équivalent hébraïque d’Espagnols – se dispersent autour du Bassin méditerranéen, en Italie, dans les Balkans, au Levant, et en Afrique du Nord.
Dans l’espace de la Turquie actuelle, et plus spécifiquement à Istanbul, une nouvelle aire culturelle sépharade émerge et se maintient jusqu’au XXe siècle. Sous domination ottomane pendant presque 400 ans, ce peuple, minoritaire, bénéficie d’un modèle d’organisation qui lui permet de sauvegarder son identité ethnico-religieuse.
Immersion dans l’univers sépharade stambouliote, ce livre fait revivre cette communauté qui compte, aujourd’hui encore, 20 000 membres environ. Un voyage dans le temps pour évoquer par touches successives ses quartiers, ses métiers, son mode de vie, son culte, ses visages riants et sa confiance en l’avenir.

  • Esther Benbassa

    Est directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne) où elle est titulaire de la chaire d’histoire du judaïsme moderne, et directrice du Centre Alberto-Benveniste d’études sépharades et d’histoire socioculturelle des Juifs ...

9782271083265
08/01/2015
223
20.0 x 25.0 cm

« Son Istanbul la Sépharade est à la fois un album de famille et une promenade thématique, grâce à des documents anciens, toujours émouvants, montrant ces gens dans leur vie quotidienne, et aux photographies inspirées de Jean-Louis Dudonney, surtout des synagogues, encore en activité ou désaffectées, en ruine, et des cimetières, eux aussi soit laissés à l’abandon, soit entretenus soigneusement, grâce à des dons ou des fondations. »

Livres hebdo, 9 janvier 2015

 

« Le livre d’Esther Benbassa raconte les vieux quartiers juifs d’Istanbul autour de la Corne d’or. Il montre les vieilles synagogues avec leur chaire en forme de nef de navire comme un rappel des caravelles de l’exode. Il narre les métiers, les loisirs, les fêtes du quotidien, les mariages. »

Marc Semo, Libération, 12 février 2015

« Le livre d’Esther Benbassa raconte les vieux quartiers juifs d’Istanbul autour de la Corne d’or. Il montre les vieilles synagogues avec leur chaire en forme de nef de navire comme un rappel des caravelles de l’exode. »

Armenews.com21 mars 2015

« Un livre album magnifique qui fait revivre l’Istanbul du XVIe siècle. »

Valérie Rodrigue, Marie Claire, 26 mars 2015

Du même auteur
Les médias en parlent