L'état d'exception

L’état d’exception

ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme

25,00 (Disponible en numérique)

Comment l’état d’exception s’est-il imposé dans la pensée contemporaine ? Pourquoi une notion dont la valeur théorique est aussi contestée, non sans lien avec l’ombre de Carl Schmitt dont elle ne parvient guère à se détacher, est-elle aussi présente dans le champ politique ? Le sentiment largement partagé de subir des crises à répétition, sinon de vivre une situation de crise permanente suffit-il à l’expliquer ?

Marie Goupy tente de répondre à ces questions en revenant sur l’émergence de la notion d’état d’exception dans le contexte de l’entre-deux guerres.

En partant de l’étude des « usages » des pouvoirs de crise en France et en Allemagne durant cette période, et en suivant la construction du concept d’état d’exception par Carl Schmitt, ce livre interroge la signification de la place grandissante occupée par les pouvoirs exceptionnels, à un moment où l’idée d’une impuissance du politique se formule. En explorant l’équivoque de la pensée de Carl Schmitt, tout comme les réponses fascisantes qu’il prétend apporter à cette impuissance du politique, le livre invite à réfléchir aux écueils du processus de « dépolitisation », auquel on peut associer le libéralisme.

  • Marie Goupy

    Est directrice de programme au Collège International de Philosophie, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris et chercheuse associée au Sophiapol (université Paris-X Nanterre) ...

9782271089960
13/10/2016
344
15.0 x 23.0 cm

« Elle s appuie sur une etude tres fouillée de la pensée ct dc ] o-uvre de Carl Schmitt (1888-1985) qu’elle confronte aux travaux d autres théoriciens Weber Aganiben Polanyï et bien d autres notamment américains Son ouvrage est essentiellement théorique Elle analyse a cette fin les evenements politiques qui ont marque l’entre deux guerres particulièrement la crise de 1929 et la montee du fascisme en Allemagne ainsi que les crises du parlementarisme en France dans la même période. Ce faisant elle ne cherche pas à trouver une analogie avec la période actuelle maîs a produire, une généalogie qui permet de réfléchir aux contradictions que comporte encore aujourd’hui notre démocratie libérale. »

Robert Chapuis, L’Ours, juin 2017

Les médias en parlent