Nous, Machiavel et la démocratie

Nous, Machiavel et la démocratie

25,00 (Disponible en numérique)

Il est commun, aujourd’hui, d’associer la démocratie au consensus, et ce d’une double manière : d’une part en admettant qu’elle est le meilleur régime politique possible, d’autre part en considérant que l’accord vaut intrinsèquement mieux que le désaccord, et l’entente que le conflit. La qualité de la démocratie tiendrait à ses débats publics, qui à la fois rendent possible la confrontation des points de vue, tout en y mettant fin par l’obtention de consensus éclairés et légitimés par la règle de la majorité.

Et si le conflit, au contraire, dans certaines conditions, devait servir de principe à la vie politique ? Il ne suffit pas de vivre en démocratie pour rendre la démocratie vivante. La démocratie n’est pas un régime mais un questionnement. Elle exige des citoyens une interrogation continue sur le bien commun à suivre.

Machiavel n’était pas un démocrate. Mais c’est étrangement en actualisant sa pensée, dans le sillage des travaux de Lefort, qu’il est possible d’associer le conflit civil avec l’imaginaire social pour redynamiser la démocratie par la tension conflictuelle entre l’idéologie et l’utopie. Penser la démocratie à partir de ce que donne à penser Machiavel : voilà ce que s’efforce de faire Sébastien Roman, pour proposer dans une perspective républicaine le modèle d’un espace public dissensuel.

  • Sébastien Roman

    Chercheur associé au laboratoire Triangle UMR 5206 de l’ENS de Lyon, Sébastien Roman est spécialiste de philosophie politique, et enseigne dans le secondaire et à la faculté de philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

9782271082992
CNRS Philosophie
07/09/2017
384
15.0 x 23.0 cm

« S. Roman propose finalement un modele politique permettant au «peuple» – ensemble de personnes caractérisées par le désir de non-domination faute de pouvoir eux-mêmes dominer – de lutter pour defendre ses droits contre les « grands », qui cherchent toujours à profiter de la loi. »
Sciences Humaines, octobre 2017

Les médias en parlent