Ronald Dworkin ou la valeur de l'égalité

Ronald Dworkin ou la valeur de l’égalité

25,00 (Disponible en numérique)

Originale et engagée, l’œuvre de Ronald Dworkin (1931-2013) s’impose désormais à l’égal de celles de John Rawls et de Jürgen Habermas. Connu d’abord comme philosophe du droit, avec entre autres Prendre les droits au sérieux (1977), il a développé une philosophie politique propre, notamment dans Justicepour les hérissons (2011).

C’est ce parcours de pensée que retrace Alain Policar. Outre sa puissante réflexion sur le droit proposant une alternative au positivisme et au réalisme juridiques, Dworkin opte pour le choix moral de l’égalité et tente de trouver un fondement métaphysique aux valeurs qu’il défend.

La volonté de ne pas séparer le droit, la morale et la politique est une de ses positions constantes. Elle lui permet d’apporter des réponses concrètes aux interrogations des démocraties contemporaines (avortement, discrimination positive, justice sociale).

La première monographie en langue française consacrée à ce philosophe américain, actif débatteur et interlocuteur des plus grands auteurs contemporains, dont John Rawls et Isaiah Berlin à propos de la compatibilité de la liberté et de l’égalité.

  • Alain Policar

    Alain Policar est chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) ...

,
9782271083081
CNRS Philosophie
10/09/2015
224
15.0 x 23.0 cm

« Philosophe du droit inspiré de Kant, Dworkin reformule une conception des droits naturels de l’individu au fondement de toute communauté démocratique. Pour lui, on ne peut concevoir les principes juridico-politiques hors de tout présupposé moral et éthique. »

Serge Audier, Le Monde des livres, 17 septembre 2015

« Le mérite du livre d’A. Policar est de prendre au sérieux non seulement la théorie d’ensemble du libéralisme de Dworkin, qui en fait à ses yeux un des philosophes politiques majeurs du XXe siècle, mais aussi, son « testament philosophique », au centre duquel figure la thèse selon laquelle les jugements normatifs peuvent être dits objectivement vrais – thèse qui, même si elle peut apparaître « improbable » aux yeux de nombreux contemporains, fonde son herméneutique du droit et sa théorie du libéralisme. Pour les lecteurs attentifs de Dworkin, il ne fait pas de doute qu’il s’agit là de la meilleure approche de son œuvre. »

Serge Champeau, nonfiction.fr, 3 novembre 2015

« L’une des vertus du livre d’A. Policar est son effort constant pour situer la pensée dworkinienne dans le contexte des débats philosophiques qui l’a fait naître et en discuter les prolongements dans les débats les plus récents. Un telle contextualisation est particulièrement utile pour saisir le sens et les enjeux de la conception du droit qui se dégage des premiers ouvrages de Ronald Dworkin, Prendre les droits au sérieux et Une question de principes, que le philosophe ne cessera d’enrichir dans ses écrits ultérieurs. »

Juliette Roussin, La vie des idées, 26 février 2016

« Alain Policar insiste avec justesse sur les débats philosophiques qui permettent d’appréhender l’affirmation dworkinienne de l’« indépendance de la morale », voire de la métaphysique des valeurs vers laquelle tend l’auteur. »

Isabelle de Mecquenem, Esprit, juillet/août 2016

Du même auteur
Les médias en parlent