Une épopée tribale en Iran

Une épopée tribale en Iran

Les Bakthyâri

26,00 (Disponible en numérique)

En dépit des ambitions modernistes des derniers chahs, l’Iran demeure l’un des principaux pays tribaux du monde. C’est à l’une de ses tribus, les Bakhtyâri iranophones, nomades des montagnes du Zâgros, qu’est consacré cet ouvrage.

Par quel enchaînement d’adaptations, des populations des plaines mésopotamiennes antiques ont développé une spécialisation pastorale, puis un grand nomadisme montagnard (xie-xiiie siècles), et se sont « tribalisées » (xviie-xviiie) en se dotant d’une chefferie hiérarchisée et centralisée (xixe) qui fut capable, le soutien britannique et la manne pétrolière aidant, de rivaliser avec l’État persan ? À partir de ces questions initiales, Jean-Pierre Digard explore une histoire tribale intimement liée à celle de l’Iran, depuis la domination Bakhtyâri (1909-1913), la politique de sédentarisation et de détribalisation de Rezâ Shâh (1925-1941) et la révolution blanche de Mohammad Rezâ Shâh (1941-1979) jusqu’aux remous de la République islamique.

La longue durée ici considérée fait table rase des clichés du nomadisme comme genre de vie intemporel, et des tribus comme sociétés autarciques et figées. Elle permet en outre de dégager des perspectives pour un avenir bien compris du nomadisme et des tribus.

Largement illustré, cet ouvrage offre une approche complète, nourrie des expériences de terrain d’un anthropologue spécialiste de l’Iran, mais aussi de la domestication animale et des sociétés d’éleveurs.

  • Jean-Pierre Digard

    Jean-Pierre Digard est directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’Académie d’agriculture de France.

,
9782271081209
Bibliothèque de l’Anthropologie
05/11/2015
428
15.0 x 23.0 cm

« Rencontre avec un chercheur atypique. »

Portrait de l’auteur dans La Revue, numéro avril-mai 2015.

Jean-Pierre Digard était l’invité de Marie-Hélène Fraïsse sur France Culture pour l’émission « Tout un monde », samedi 9 janvier 2016, de 19h à 19h30.

« L’auteur, qui a mené ses enquêtes de terrain entre 1969 et 1975, puis lors d’un ultime séjour en 1996, se fait en même temps historien pour reconstituer le destin d’une tribu des montagnes du Zagros, les Bakhtyâri, depuis les temps les plus reculés, lorsque des populations des plaines mésopotamiennes ont dû s’adapter à la vie pastorale et se « tribaliser » (XVIIe-XVIIIe s.) avant de devenir un acteur politique majeur à l’époque contemporaine. »

Z. F., Quantara, janvier 2016.

« Il [l’ouvrage] offre au lecteur un panorama à la fois riche et synthétique, lui permettant d’accéder à une histoire méconnue, comme le montrent les destins opposés de Shâpur Bakhtyâr (1914-1991) et de Ja’far Qoli Rostami (1922- 2003), le khan des villes et le khan des champs, connu l’un en Occident, l’autre dans son pays. »

C. F., La Revue, numéro mai-juin 2016.

« Pour cette ambitieuse somme, le nom d’épopée n’est en rien usurpé. »

Stéphane Dudoignon, Esprit, juillet/août 2016.

« En résulte un ouvrage de référence important, que tout spécialiste (ou aspirant a l’être) de l’Iran doit lire. Une lecture qui invite à réfléchir sur le nomadisme et le facteur tribal en République islamique, mais aussi dans les autres sociétés du Moyen-Orient et d’ailleurs. »

G. F., Moyen-Orient, octobre/décembre 2016.

Du même auteur
Les médias en parlent