En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site, nécessaires pour vous proposer des publicités et offres ciblées et pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus et savoir comment gérer ces paramètres. Fermer

Newsletter

La géoarchéologie française au XXIe siècle

Discipline : Géographie

Collection : CNRS Alpha

Publication date : 29/01/2015

Auteurs : Nathalie CARCAUD, Gilles ARNAUD-FASSETTA

ISBN : 978-2-271-07259-7

Format : 19.0 x 26.0 cm

Pagination : 620

La géoarchéologie française au XXIe siècle

Nathalie CARCAUD , Gilles ARNAUD-FASSETTA

79,00

La géoarchéologie s’impose aujourd’hui comme une composante majeure de la compréhension des interactions complexes Sociétés-Environnement sur le temps long. Cet ouvrage, le premier du genre, dresse un bilan des recherches géoarchéologiques conduites dans les universités, au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), à l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) et dans les SRA (Services Régionaux de l’Archéologie) depuis trente ans.

Les cinq parties de l’ouvrage étayent l’ensemble des champs d’application de la géoarchéologie française : « Paléoenvironnements, biogéographie et paysages » ; « Les hydrosystèmes fluviaux, entre climat et anthropisation » ; « Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d’adaptation » ; « Ressources en eau, risque et aménagement » ; « De la mobilité du trait de côte à la contrainte portuaire ». Une attention particulière est accordée aux attendus épistémologiques, aux concepts et aux méthodes d’investigation sur le « terrain » de la géoarchéologie moderne, par essence interdisciplinaire. Les sites archéologiques sont étudiés dans des contextes environnementaux variés : fluvial, deltaïque et littoral, zones humides, îles et environnements urbains. Chaque « grand chantier » présenté, qu’il se situe en France ou à l’étranger (Albanie, Égypte, Grèce, Italie, Luxembourg, Mali, Maroc, Turquie), fait état des dernières découvertes, des méthodes les plus pertinentes, des synthèses les plus à jour, des hypothèses les plus solides sur les interactions spécifiques entre l’Homme et son environnement depuis des milliers d’années.

Conçu à partir d’une pratique forte du terrain, de l’enseignement et de la diffusion scientifique, ce livre s’adresse à un large public : enseignants, chercheurs, étudiants L-M-D, archéologie préventive, conservatoires du patrimoine, musées archéologiques, grand public curieux de connaissances pluridisciplinaires de son patrimoine archéologique replacé dans son contexte environnemental. L’étudiant y trouvera un véritable support de cours dispensés à l’Université et dans les écoles d’urbanisme, d’architecture et de paysage, le chercheur disposera d’un ouvrage exhaustif mettant en exergue des méthodes choisies et transposables à ses propres sites d’étude. L’ouvrage fait également valoir un engagement théorique, des choix d’approche et une perspective débouchant sur une meilleure connaissance de nos « patrimoines territoriaux », désormais pris en compte dans toute démarche d’aménagement (archéologie préventive). Cette connaissance est devenue « l’incontournable » du géographe, de l’urbaniste, de l’architecte, du paysagiste, du responsable de projet d’aménagement…

Nathalie CARCAUD

Nathalie Carcaud est professeure de géographie physique à AGROCAMPUS OUEST (centre d’Angers, département MilPPaT) et membre du laboratoire ESO (UMR 6590). Elle mène des activités d’enseignement et de recherche appliquées à la dynamique des paysages fluviaux inscrits dans des travaux de prospective territoriale. Elle développe des partenariats avec des chercheurs et des gestionnaires des services de l’État et des collectivités territoriales (DRAC, DRÉAL, PNR, UNESCO, Agences d’urbanisme, CAUE…).

Gilles ARNAUD-FASSETTA

Gilles Arnaud-Fassetta est professeur de géographie à l’université Paris-Diderot (Paris 7) et membre du laboratoire PRODIG (UMR 8586) à Paris. Il étudie et enseigne l’hydrogéomorphologie appliquée, des montagnes aux plaines côtières, la géoarchéologie et la reconstitution des paléoenvironnements, les risques hydrologiques et la gestion des milieux. Ses terrains d’étude privilégiés sont situés en Algérie, en France, en Italie, au Népal, au Pakistan, au Portugal, en Roumanie, en Suisse et en Syrie.