L’interdit de l’inceste à travers les sociétés

15,00 (Disponible en numérique)

En quoi consiste l’inceste ? Est-il l’objet d’une prohibition universelle ? Cette interdiction concerne-t-elle les seules parentés « biologiques » ou s’étend-elle aux diverses parentés « sociales », comme celles qui se tissent aujourd’hui dans les familles dites recomposées mais qui existent aussi dans beaucoup d’autres sociétés ?
Cette prohibition joue un rôle fondamental dans le fonctionnement des multiples systèmes de parenté étudiés de par le monde. Mais d’où vient-elle ? Peut-on penser, avec Claude Lévi-Strauss, que l’interdit de l’inceste marque à lui seul le passage de la nature à la culture ? Et comment comprendre, alors, la tension persistante entre l’interdit proclamé, institutionnalisé, et la pratique incestueuse qui, partout, demeure ?
Voyage dans l’espace et dans le temps, cette réflexion met en évidence un fait essentiel, le caractère spontanément asocial et indifférencié de la sexualité humaine et la nécessité d’une régulation sociale de cette spontanéité. Il met ainsi en lumière les principaux enseignements de l’anthropologie sur la question de l’inceste, fait social majeur et aujourd’hui d’une actualité brûlante.

  • Maurice Godelier

    Anthropologue de réputation mondiale, médaillé d’or du CNRS, Prix international Alexander von Humboldt en sciences sociales, Maurice Godelier est l’auteur, entre autres classiques, de La Production des Grands Hommes (1982), des Métamorphoses de la parenté (2004) et de L’Interdit de l’inceste (2021).

,
9782271138798
14/10/2021
128
14 x 20.5 cm

« À l’aube de ses 30 ans, le jeune Godelier aura été conduit par de multiples hasards sur la piste des Baruyas, un peuple de Papouasie-Nouvelle-Guinée auprès duquel il passera, en tout, sept années de sa vie. »

Portrait de Maurice Godelier par Olivier Pascal Mousselard, Télérama, du 07 au 20 août 2021.

« La difficulté propre aux sociétés occidentales tient enfin à « l’engrenage de libertés » qui, en promouvant le mariage d’amour, a rendu l’individu libre de choisir son partenaire et de s’en désunir. Aussi a-t-il fallu légaliser de nouvelles formes de famille, reconnaître de nouvelles formes de parenté sociale. »

Jean Montenot, Lire Le Magazine littéraire, novembre 2021.

« Son livre, sous forme de questions réponses faciles à lire, aborde aussi la question de l’inceste chez les animaux, la domination masculine, le genre, les mères porteuses, l’homosexualité, l’adoption et les familles recomposées. »

Brigitte Bègue, ASH, le 5 novembre 2021.

« La sexualité humaine possède spontanément un caractère asocial et bisexuel. »

Jérôme Skalski recevait Maurice Godelier pour un entretien dans L’Humanité, le 3 décembre 2021.

« […] ce livre de Maurice Godelier adopte un point de vue résolument anthropologique sur l’inceste, après que psychologues et sociologues se sont beaucoup exprimés sur la question. Objet d’une prohibition universelle, que peut-on en dire à l’heure des familles recomposées, ou selon que les sociétés restreignent ou non la parenté aux seuls géniteurs de l’enfant ? »

Journal du CNRS, novembre 2021.

« […] ce livre retrace les enseignements de l’anthropologie sur l’interdit de l’inceste, « fait social majeur », à travers les civilisations et les époques. Où il apparaît que la « régulation sociale de la sexualité » est toujours plus indispensable. »

Politis, édition du 13 au 19 janvier 2022.

Maurice Godelier était invité sur Arte, dans l’émission « Les idées larges », le 30 mars 2022.

Du même auteur
Les médias en parlent