La fin d’un grand partage

10,00

Les relations de l’homme au milieu naturel ont longtemps été pensées dans le cadre d’une opposition terme à terme entre nature et société. La crise écologique nous invite à interroger ce partage, à revenir sur le sens et les limites de ce clivage. Ce livre vise à éclairer les ambiguïtés du rapport à la nature des modernes à partir de trois œuvres majeures : Les formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim, La pensée sauvage de Claude Lévi-Strauss et Par-delà nature et culture de Philippe Descola.
En quoi peut-on parler de la nature comme d’un fait social ? Quelle signification et quelle valeur accorder aux sociétés restées indifférentes au « grand partage » ? Quels concepts mobiliser aujourd’hui pour faire face à la transformation de nos rapports collectifs à la nature ? Alors que la nature est de plus en plus humanisée et que les affaires humaines doivent en retour toujours davantage composer avec elle, l’opposition du naturel et du social semble perdre toute pertinence.

  • Pierre Charbonnier

    Chargé de recherche au CNRS, Pierre Charbonnier a notamment publié Abondance et liberté ...

,
9782271142610
Biblis
17/11/2022
400
11 x 18 cm
Du même auteur
Les médias en parlent