L’art au risque de l’âge

25,00 (Disponible en numérique)

Si la vieillesse est aujourd’hui un âge qui dure, elle regroupe des expériences différentes. Ce qui amène à réfléchir aux vieillesses plutôt qu’à la vieillesse. Les travaux sur la ou les vieillesse(s) sont nombreux en médecine ou en sociologie, mais la réflexion sur le grand âge de l’artiste reste balbutiante. Qu’est-ce que l’âge fait à la création ? Celle-ci est-elle soumise à une continuité biographique comme le relatent les vies d’artiste ? Les créations ultimes sont-elles marquées par le déclin physique ?
Ce volume tente de répondre à ces questions en croisant les disciplines et les champs, de l’histoire de l’art à la sociologie, de la neurologie à la psychanalyse, et en se donnant une ample périodisation, de la Renaissance à nos jours. L’ouvrage s’ouvre sur les modes critiques généraux d’appréhension des œuvres tardives. Suit une analyse des conditions de la création et de ses difficultés chez un certain nombre d’artistes âgés. Des formes spécifiques de l’autoportrait (Rembrandt, Ingres, Dix), l’insistance sur les transformations du corps chez des artistes femmes (ORLAN, Cindy Sherman), la répétition ou le retour à des motifs antérieurs (Le Greco, Delacroix), ou encore des jeux avec la mort (Duchamp) illustrent la diversité des attitudes et des démarches. Complément à cette approche, la réception de ces œuvres tardives est étudiée dans la qualification des « errements », qu’il s’agisse du tremblement de la main de Poussin ou de la « peinture aux doigts » du Titien et, tout simplement, de la qualité. Le volume s’ouvre, dans la dernière partie, à l’âge en scène et à l’écran.

Sous la direction de Nadeije Laneyrie-Dagen, Caroline Archat

9782271136435
08/04/2021
384
14 x 22 cm

« Le « syndrome Dorian Gray », dont Wilde se servit pour illustrer l’esthétique du décadentisme fin de siècle, pourrait résumer le propos de ce livre intitulé mais à rebours… Car il s’agit moins de la représentation de la sénescence, que du déclin du créateur. Le grand âge a-t-il des répercussions directes sur l’aspect formel des œuvres ? L’inspiration se tarit-elle au moment où le feu de la jeunesse s’éteint ? Ou au contraire doit-on comprendre la fin de carrière comme le moment d’un apogée ? »

Christine Gouzi, L’Objet d’art, juillet-août 2021.

Les médias en parlent