Chercheurs d’or

L’orpaillage clandestin en Guyane française

26,00 (Disponible en numérique)

Depuis le début des années 2000, l’orpaillage illégal est massivement présent en Guyane et se montre, malgré un impressionnant dispositif de lutte, remarquablement résilient. Pour tenter de juguler le phénomène et ses désastreuses conséquences environnementales, un partenariat original a été noué entre le géographe François-Michel Le Tourneau, spécialiste de l’Amazonie, et les Forces armées de Guyane, dans le but d’étudier le monde parallèle des garimpeiros, ces chercheurs d’or. Mais comment gagner leur confiance ? Comment s’enquérir de leurs pratiques illégales ? Il faut faire preuve d’une honnêteté et d’une transparence sans failles, afficher immédiatement l’objectif, prouver que l’on connaît le terrain, et y revenir sans cesse.
Voici, quatre ans plus tard, le résultat de cette enquête inédite. Après avoir brossé un panorama de l’histoire et de la géographie de l’or en Amazonie, et fait un tour d’horizon des techniques d’extraction et des voies de commercialisation, l’auteur dresse le portrait de ces chercheurs d’or : qui sont-ils ? d’où viennent-ils ? Quels sont les principes qui régissent leur société parallèle et comment se déroule leur vie dans la forêt ?
Ce livre nous entraîne au cœur de la Guyane, peuplé non pas seulement de jaguars ou de tapirs, mais aussi de garimpeiros, patrons de chantiers ou simples ouvriers, de colporteurs et colporteuses, d’épiciers, de cantinières, de logisticiens, de bistrotiers, de prostituées ou encore de missionnaires évangéliques…

  • François-Michel Le Tourneau

    Spécialiste de l’Amazonie brésilienne, François-Michel Le Tourneau est géographe, directeur de recherche au CNRS et auteur de L’Amazonie ...

9782271133120
02/07/2020
426
15 x 23 cm

François-Michel Le Tourneau accordait un entretien à Manon Meyer-Hilfiger pour National Geographic, août 2020

François-Michel Le Tourneau était l’invité de l’émission 28 Minutes sur Arte, août 2020

« L’expérience, atypique pour un civil, a permis au chercheur de nouer des relations de confiance avec les forces armées françaises postées en Guyane, un sésame pour mener à bien un travail inédit sur les chercheurs d’or clandestins de la forêt amazonienne.  »

Sciences Humaines, novembre 2020

« Dans une « approche géographique et socio-anthropologique », François-Michel Le Tourneau s’intéresse aux capacités de résistance des orpailleurs brésiliens, qui sont plusieurs milliers à extraire clandestinement de l’or en Guyane, malgré la répression menée depuis les années 2000 à leur encontre. »

Hélène Ferrarini, Le Monde diplomatique, janvier 2021

« (…) patrons (voire patronnes) de chantier, ouvriers orpailleurs, cuisinières, piroguiers, pilotes de quads, commerçants des corutelas (villages voisins), tenanciers de cabarets, « son nettes » (un nouveau métier né des succès de la répression, il s’agit des guetteurs chargés de prévenir un chantier de l’arrivée des mili taires), prostituées…, constituent un ensemble disparate, mêlant individualisme, mobilité extrême et solidarité, où chacun dépend de la confiance qu’il accorde à l’autre. C’est un monde qui nous est raconté, conscient de sa marginalité, conscient en Guyane d’exercer une activité illégale dans un pays qui n’est pas le sien. »

Françoise Gour, L’OURS, janvier 2021

« Souvent en première page de la presse locale guyanaise, la tragédie de l’or reste largement ignorée en métropole. C’est tout à l’honneur de François-Michel Le Tourneau
de proposer une passionnante étude sur ce sujet, qui plonge le lecteur dans les affres des mines. »

Stéphen Rostain, Pour la Science, janvier 2021

Du même auteur
Les médias en parlent