Histoire de la vigne et du vin en France

Histoire de la vigne et du vin en France

des origines au XIXe siècle

35,00

« Un hymne à une conception sensible et humaniste de la géographie, à l’intelligence, au bonheur du dépassement de soi, à la civilisation. »

Jean-Robert Pitte

 

Voici enfin réédité le chef-d’oeuvre de Roger Dion, qui a révolutionné l’approche traditionnelle de l’histoire et de la géographie viticoles. Non, la qualité des vins de France ne tient pas seulement à celle des terroirs, ni à celle des cépages. Elle dépend surtout de la position géographique des vignobles par rapport aux marchés, des goûts et des attentes des clients.

Les crus classés de Bordeaux ? Ils doivent leur richesse à la stratégie commerciale des Anglais, qui ont cherché dès le Moyen Âge des produits de qualité pour un marché formé de princes et de négociants. Les grandes appellations de Bourgogne ? Elles s’expliquent par les exigences de la cour des ducs de Bourgogne à Dijon. Le nez frais et ouvert des Côtes-du-Rhône septentrionales, dominé par de subtiles notes épicées ? Il doit son originalité aux attentes de la bourgeoisie lyonnaise. Le succès du Champagne ? Il résulte d’une invention anglaise qui a connu une grande vogue dans la haute société britannique et française. À l’inverse, le Languedoc a mis du temps à produire des vins de qualité car la région a connu des difficultés à l’export : ses péniches qui descendaient le Canal du Midi étaient bloquées avant Bordeaux… Pour Roger Dion, le terroir est un « fait social et non géologique », une construction historique avant toute chose.

Une ode amoureuse aux terroirs des vins de France et aux hommes qui les façonnèrent.

La référence inégalée pour comprendre la grande aventure des vignobles et du vin français.

  • Roger Dion

    Roger Dion (1896-1981) a enseigné la géographie historique au Collège de France de 1948 à 1968.

9782271069528
25/03/2010
772
15.0 x 24.0 cm

« Ce livre, au-delà, de son propos, très foisonnant et très structuré, et aussi « un hymne à une conception sensible et humaniste de la géographie, de l’intelligence, au bonheur du dépassement de soi, à la civilisation. »

Brice Gruet, La Géographie, Mai 2010

 

« C’est évidemment un peu ardu, dense comme un grand cru de beau millésime, mais c’est aussi probablement un ouvrage bien utile pour qui veut absolument comprendre la grande aventure des vins français depuis les origines jusqu’au XIXe siècle. »

Bourgogne d’aujourd’hui, le 8 juin 2010

 

« L’ouvrage magistral de Roger Dion, enfin réédité, renvoie le terroir à un rôle secondaire. »

Sud Ouest, le 22 juin 2010

 

« Un hymne à une conception sensible et humaniste de la géographie, à l’intelligence, au bonheur du dépassement de soi, à la civilisation. »

Chefs et Saveurs, le 16 juillet 2010

 

« Un livre de référence assurément. »

Le Devoir, le 23 juillet 2010

 

« Une référence inégalée en matière d’histoire du vin qui a révolutionne l’approche traditionnelle de l’histoire et de la géographie viticoles. »

Le Bien Public, le 29 juillet 2010

 

« Roger Dion n’assène jamais de certitude, il observe, analyse, décortique, fait des recoupements. On n’ose imaginer la quantité d’archives qu’il a consultées. »

Vitisphere, le 6 aout 2010

 

« On trouvera dans Le Bon Vin de Jean Robert Pitte qui consacre à l’actualité de la pensée de Roger Dion les points de vue des spécialistes en particulier sur le phénomène bordelais. »

Le Monde, le 14 aout 2010

 

« Réalisé il y a maintenant un demi-siècle ce travail exemplaire n’a pas pris une ride et ouvrira de passionnantes perspectives à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire viticole. »

Jean Kappel, La Nouvelle Revue d’Histoire, le 16 aout 2010

 

« Ce livre, fruit de 22 ans de recherches, exploite « la géographie humaine rétrospective » pour conclure « que le terroir est un fait social et non géologique ». »

Michel Dovaz, La revue du vin de France, le 23 aout 2010

 

« Cet ouvrage fait le point sur l’actualité de la pensée de cet auteur visionnaire lui considérait le terroir comme un fait social et pas comme exclusivement géologique. »

L’amateur de bordeaux, le 23 aout 2010

 

« Une ode amoureuse aux terroirs des vins de France et aux hommes qui les façonnèrent. »

Escritoire, Aout 2010

 

« C’est la très bonne nouvelle de l’année, la réédition d’un ouvrage exceptionnel pour tant de raisons que l’on ne comprend pas bien pourquoi son éditeur d’origine, malgré de multiples demandes, n’en a pas pris l’initiative. »

Jacques Dupont, Le Point, le 9 septembre 2010

 

« L’heureuse formule de Roger Dion n’a rien perdu de son actualité « Le rôle du terrain dans l’élaboration d’un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l’élaboration d’une œuvre d’art ». »

Revue des Œnologues, le 29 septembre 2010

 

« très sérieux ouvrage. »

Cuisine Actuelle, le 19 octobre 2010

 

« La thèse de Dion, qui n’a pas perdu sa dimension subversive, détruit les illusions sans désenchanter. »
Alain Garrigour, Le Monde Diplomatique, le 1 décembre 2010

 

« Le géographe s’invite à la table des dieux. »

Ouest France, le 15 décembre 2010

 

« Le chef-d’œuvre du grand géographe Roger Dion a été enfin réédité en 2010 sous la houlette de Jean-Robert Pitte. »

Le Monde, 12 décembre 2012

 

« Ce grand classique […] explique, par le détail mais avec des conclusions universellement applicables, l’origine et le développement des vignobles de ce pays. »

Les 5 du vin, 5 janvier 2015

 

 

Du même auteur
Les médias en parlent