Israël

Israël

La fabrique de l’identité nationale

25,00

Un foyer, un peuple, une nation. Eretz Israël, ou le royaume promis par Dieu aux juifs dispersés sur la terre. Une espérance plurimillénaire devenue réalité au xxe siècle, portée par un messianisme sécularisé, le sionisme, et concrétisée par un puissant levier d’assimilation, trop souvent négligé par les historiens : l’éducation.

Car le sionisme fut d’abord et surtout un projet pédagogique, réunissant dans un même idéal des juifs venus d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Le mouvement lancé par Herzl réussit à faire d’eux les citoyens d’une nation homogène, partageant la même vision de l’histoire juive et le sentiment d’un destin commun – en dépit des tensions internes entre croyants et laïques, populations ashkénazes et sépharades, centre et périphérie.

Avner Ben-Amos explique comment ce formidable défi a été relevé. Si l’école a joué un rôle fondamental, d’autres moyens ont accéléré la formation de cette conscience nationale : cérémonies commémoratives, monuments, musées d’histoire, programmes télévisés.

Le dialogue sans cesse renouvelé avec le passé, les perpétuels réaménagements de la conscience collective, la mobilisation constante des moyens de communication rendent possible le maintien de cette identité, fondée sur une interaction complexe entre intégration et exclusion. Malgré le retour en force des particularismes et la sanctuarisation des mémoires particulières, ce sentiment national reste vivant par la stigmatisation d’un ennemi commun : les Arabes.

  • Avner Ben Amos

    Avner Ben-Amos est professeur d’histoire de l’éducation à l’université de Tel-Aviv ...

9782271070012
14/05/2010
15.0 x 23.0 cm

"L’auteur s’attache à faire comprendre la conscience nationale israélienne au miroir de l’éducation, des politiques mémonelles et des programmes télévisés."

La Quinzaine Littéraire, le 20 mai 2010.

 

"Un livre est désormais incontournable pour qui veut comprendre la complexité des processus d’identifications nationales en Israël."

Vingtième siècle, janvier-mars 2011.

 

"L’ouvrage de Ben-Amos n’est pas seulement une contribution à l’histoire culturelle d’Israël mais une réflexion très stimulante sur les configurations scolaires et extra-scolaires des ‘projets pédagogiques’ nationaux."

Anne-Marie Thiesse, Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier/février 2011.

Du même auteur
Les médias en parlent