L'attachement aux choses

L’attachement aux choses

22,00 (Disponible en numérique)

Série « Le passé recomposé » dirigée par Sophie A. de Beaune

Les sciences sociales ont souvent entretenu une vision strictement positiviste des objets, sorte d’échantillons de civilisation infaillibles et univoques. C’était la doctrine de l’objet-témoin. Passer d’une étude des objets en tant que sources d’un savoir sur les hommes en société à une étude des objets comme faits sociaux complexes, dans leur relation avec les hommes et dans leur influence sur les relations entre les hommes, tel est le pari de ce livre. En effectuant un tour d’horizon des travaux récents, l’auteur se propose de retracer l’évolution du traitement des objets par les sciences sociales et notamment par l’anthropologie.

La méthode biographique met en évidence l’enchevêtrement des objets dans un réseau d’intérêts particuliers et d’enjeux collectifs, pour mieux saisir le devenir des objets par le jeu de leurs attachements aux acteurs sociaux. Un ensemble d’études de cas, issues d’enquêtes de terrain sur les objets en société, viendra illustrer cette démarche critique touchant à différents domaines de recherches traditionnellement distincts. Quelques propositions conceptuelles et méthodologiques complètent cet ouvrage, pensées comme des ouvertures de nouveaux chantiers et de zones d’échanges entre les savoirs.

À l’heure d’un vaste remodelage du paysage muséal et de la dématérialisation annoncée du patrimoine comme de certaines pratiques quotidiennes, qu’en est-il des liens entre les hommes et les objets auxquels ils tiennent ?

  • Thierry Bonnot

    Thierry Bonnot est anthropologue, chargé de recherches au CNRS, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, Paris).

9782271081162
Le passé recomposé
12/06/2014
240
14.0 x 22.0 cm

« Prenez une photographie des objets qui composent votre intérieur, et demandez-vous si cela ferait une exposition. L’ethnologue Thierry Bonnet propose cette expérience de façon provocatrice, au milieu d’un livre où il fait retour sur son parcours de chercheur. »

Frédéric Keck, Le Monde des livres, 19 juin 2014

 

« À l’heure d’un vaste remodelage du paysage muséal et de la dématérialisation annoncée du patrimoine comme de certaines pratiques quotidiennes, qu’en est-il des liens entre les hommes et les objets auxquels ils tiennent ? »

Nathalie Ortar, La deuxième vie des objets, 4 novembre 2014

 

« C’est donc dans le chapitre « Les musées face au doute » que le professionnel de musée trouvera son miel, mais aussi dans l’analyse conduite sur « Le musée de soi » que Thierry Bonnot explore à partir d’une planche de bande dessinée, lorsqu’il s’agit de transformer son univers pour le donner à voir. On pense aux petits musées d’amateurs si nombreux sur le territoire, mais aussi à la démarche d’Omar Pamul avec son musée de l’inonnence, roman désormais incarné au cœur d’Instambul. D’autres chapitres de l’ouvrage alimentent la réflexion, comme celui sur la résistance des objets. C’est globalement toute la seconde partie de l’ouvrage qui retient plus particulièrement l’attention du muséologue, même si les enjeux de la patrimonialisation traités en troisième partie sont également stimulants. »

Serge Chaumier, Lettre de l’Ocim, mars-avril 2015

 

« L‘Attachement aux choses est un impensé, un terrain en friche où Thierry Bonnet s’est glissé. […] Il nous fait partager sa découverte par petites touches singulières, en passant d’un endroit à l’autre, comme s’il ne fallait pas épuiser le mystère de ce monde encore préservé, à l’écart, sa charge de familière étrangeté. »

Laurent Olivier, La Quinzaine littéraire, juin 2015

Thierry Bonnot était l’invité de Jérôme Colin pour « Entrer dans frapper » sur RTBF « La Première », le 28 septembre 2015

Les médias en parlent