Le Sénat

Le Sénat

sous la IIIe République (1920-1940)

27,00 (Disponible en numérique)

La première étude exhaustive sur un rouage essentiel de la vie politique sous la IIIe République.

À la fin du XIXe siècle, le Sénat devient l’un des piliers du régime républicain. Les hommes qui le composent, des notables essentiellement ruraux, sont très majoritairement radicaux ou républicains modérés, profondément attachés au caractère parlementaire des institutions, à la laïcité, au libéralisme économique et politique et à la défense nationale.
Comme le montre Gisèle Berstein dans cette vaste fresque, ces éléments constitutifs de la tradition républicaine se trouvent menacés dans l’entre-deux-guerres par les troubles qui affectent la France. Ces dangers conduisent le Sénat, qui se considère comme le gardien du régime, à mener un incessant combat contre les empiètements du gouvernement sur le droit de contrôle de cette Assemblée, contre la poussée communiste et contre les risques d’étatisation qu’il croit discerner dans l’expérience du Front populaire.
La perte d’influence de la Haute-Assemblée annonce la crise du régime parlementaire. Le Sénat assiste impuissant au double échec de 1940 qu’il a tenté en vain d’éviter : la défaite militaire de la France devant l’Allemagne nazie et l’effondrement du régime républicain.

  • Gisèle Berstein

    Spécialiste de la vie politique sous la IIIe République, Gisèle Berstein est docteur ès lettres.

9782271079794
20/11/2014
492
15.0 x 23.0 cm

« Ce gros ouvrage d’une docteure ès-lettres expose un travail de bénédictin accompli dans les archives de la Haute assemblée. […] Le livre a particulièrement analysé les procès-verbaux des commissions sénatoriales, dans lesquelles les propos étaient plus libres qu’en séance plénière II en ressort des constatations intéressantes car peu connues. »

Raymond Krakovitch, L’Ours, mars 2015.

« À lire ! »

Jean-Paul Fourmont, toutelaculture.com, 27 mars 2015.

« Par cet exposé précis de la sociologie des sénateurs, de leurs méthodes de travail, du fonctionnement des commissions, l’auteur brosse un tableau qui n’est pas desservi par l’empathie, voire la sympathie dont elle témoigne pour son objet. »

L’Histoire, avril 2015.

« Un travail historique classique et de qualité, étayé par une exploitation sérieuse des archives. L’objectif défini par l’auteure d’apporter « un éclairage complémentaire sur l’histoire de la Troisième République durant l’entre-deux-guerres, illustrant le rôle du Sénat », est largement atteint. »

Wietse Stam, Vingtième Siècle, janvier/mars 2016

Les médias en parlent