Les entrelacements du monde

Les entrelacements du monde

Histoire globale, pensée globale

25,00 (Disponible en numérique)

Qu’on la nomme histoire globale, mondiale, connectée, histoire-monde ou world history, c’est elle qui aujourd’hui suscite l’intérêt des lecteurs, des médias, des universitaires, et tend à façonner notre représentation du passé. Mais qu’est-ce que l’histoire globale ? Que propose-t-elle ? La belle synthèse d’Alessandro Stanziani fournit toutes les clés pour comprendre l’essor et les ambitions de cette histoire plurielle. Filiations multiples, bifurcations inattendues, brassages et métissages : affranchie de l’européocentrisme, l’histoire globale élargit les horizons géographiques, déborde les cadres nationaux, pense le monde à partir des connexions et des relations au sein d’entités politiques ou économiques hétérogènes. Elle a pour objet les migrations d’hommes, de biens, d’idées, de savoirs, de symboles, mais aussi le changement climatique, les révolutions technologiques, l’évolution des mentalités…
Saisies dans la longue durée, et à l’intersection de plusieurs mondes, Alessandro Stanziani explore à nouveaux frais les relations que l’histoire établit avec la philosophie, la sociologie, la philologie et l’économie : ces interactions délimitent la portée de l’histoire globale par rapport aux autres approches.
Face aux progrès du nationalisme, cette façon de faire de l’histoire permet de revisiter le passé d’un certain nombre d’événements, de culture et/ou de régions. De l’Inde à la Russie, des décolonisations à l’islam, cet ouvrage montre que l’histoire globale invite à multiplier les angles de vue, mais aussi à dépasser la vision de l’histoire comme choc entre les civilisations.

  • Alessandro Stanziani

    Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS, Alessandro Stanziani est notamment l’auteur de Bâtisseurs d’Empires ...

9782271115072
31/10/2018
280
15.0 x 23.0 cm

 » Une réflexion approfondie mais accessible sur cette nouvelle manière d’écrire l’histoire.Son originalité est […] de privilégier un point de vue mondial dans l’étude des phénomènes historiques. »

Jean- Yves Grenier, Libération, 31 janvier 2019

Les médias en parlent