Lire sous l’Occupation

Lire sous l’Occupation

25,00 (Disponible en numérique)

Que lisait-on dans la France des années noires ? Comment expliquer la « faim de lecture » propre à la période de l’Occupation ? Quelle fut la part prise par le régime de Vichy dans la circulation, la diffusion, l’orientation des livres publiés ? Et celle de la Résistance dans la propagation des écrits clandestins ? Comment accéder à l’intimité des millions de lecteurs qui, cherchant à s’évader hors d’un quotidien éprouvant, trouvèrent alors refuge dans un ailleurs fait de phrases imprimées ? Stratégies et pratiques des éditeurs, querelles autour du patrimoine littéraire, réorganisation corporative de la chaîne du livre, listes d’interdictions et spoliations de l’occupant, écrivains partagés entre collaboration, accommodement, évitement, insoumission : Jacques Cantier signe la première histoire totale du livre et de la lecture entre 1939 et 1945, des politiques de censure mises en œuvre par Vichy à l’ébullition culturelle de la Libération.
Archives publiques, critiques littéraires, notes de lecture mais aussi écrits du for privé permettent de retrouver les traces intimes des actes de lecture : écoliers de la France rurale cherchant à élargir leur horizon, adolescents parisiens en quête d’initiation, prisonniers de guerre tentant de maintenir une vie de l’esprit, victimes de la persécution antisémite en quête de réarmement moral…

  • Jacques Cantier

    Jacques Cantier est professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean Jaurès et chargé de cours à l’Institut d’Études politiques de Toulouse ...

9782271093325
10/01/2019
384
15.0 x 23.0 cm

 » Dans cette étude très documentée, l’historien Jacques Gantier examine le cas de l’Occupation où éditeurs, libraires et bibliothécaires ont continue à maintenir l’ordre des livres dans le désordre des temps.  »

Laurent Lemire, Livres Hebdo, 04 janvier 2019

 » Le lecteur de 2019 est plongé dans les tractations des éditeurs qui tentent de survivre, faire face à leur souci d’approvisionnement et aux appétits de l’occupant. »

Thomas Morales, Causeur, 19 janvier 2019

 » [Une] ambition bienvenue et inédite, largement accomplie. »

L’Indépendant, 10 février 2019

 » Jacques Cantier nous offre une étude précise et méticuleuse sur le secteur du livre pendant l’Occupation. Rien ne manque dans cette somme : les pressions économiques et politiques, la lâcheté des uns, la grandeur des autres […]. »

Denis Lefbvre, l’Ours, février 2019

 » Jacques Cantier a ouvert de nombreuses portes, à l’affût des beaux textes comme des documents de propagande ou des rapports administratifs.  »

Le Figaro Littéraire, 21 janvier 2019

 » Entre censure et restrictions, Jacques Cantier livre une étude captivante sur le monde éditorial lors de cette période troublée de l’histoire française. »

Emmanuel Hecht, Lire, mars 2019

Les médias en parlent