Quand l'Histoire commence

Quand l’Histoire commence

4,00

« Et si la fin des relations internationales classiques, celles des diplomates et des soldats d’antan, était en réalité le début d’une nouvelle histoire ?
Si commençait alors l’Histoire, celle non plus seulement des États rivaux, mais la vraie, la totale, celle de l’humanité tout entière et des sociétés compénétrées ? »

B.B.

 

La « fin de l’histoire » : le concept s’est aujourd’hui imposé dans les milieux intellectuels occidentaux pour définir les relations internationales. Il trouve son origine dans cette idée-force : l’interruption du processus dialectique opposant indéfiniment les États entre eux. Parce que les États ne se font plus la guerre, ou du moins plus de la même façon, et plus avec la même fréquence, nous serions arrivés à la « fin de l’histoire ». Voici ce à quoi la mondialisation nous aurait conduits : perte de souveraineté des États, triomphe de l’économique sur le politique, diminution du nombre de guerres, fermeture de l’arène mondiale où les États jouaient le rôle des gladiateurs, et donc fin de l’histoire. Rideau.

À rebours de cette interprétation dominante, Bertrand Badie montre au contraire que nous sommes entrés dans une nouvelle séquence des relations mondiales, une histoire infiniment plus dense, plus universelle, plus humaine, dominée par le tectonique des sociétés. En entrant délibérément dans l’arène, sans répondre à la convocation des États, l’acteur social « ordinaire » crée une histoire nouvelle autrement plus riche et complexe que jadis. L’Histoire est désormais soumise à l’imprévisibilité des sociétés, alors que les relations internationales, transformées en relations intersociales, sortent de leur statut technique pour se réaliser en une Histoire dont plus personne ne connaît la finalité. On ne vit donc pas la fin de l’Histoire, mais bel et bien celle d’une histoire…

Un essai revigorant et une analyse lucide du monde tel qu’il va.

  • Bertrand Badie

    Professeur de Relations internationales à Sciences Po, Bertrand Badie est l’auteur, entre autres, de La fin des territoires (1995, réed ...

, ,
9782271074652
Débats
03/01/2013
64
12.0 x 17.0 cm

  • Presse :

Bertrand Badie a été interviewé par L’Express, le 18 décembre 2012.

 

« Le professeur de Sciences-Po Paris montre avec limpidité que l’obsolescence de l’État nation signe l’avènement d’une nouvelle Histoire »

Laurent de Saint-Périer, Jeune Afrique, janvier 2013.

 

Bertrand Badie a été interviewé par Christian Roux sur ledevoir.com, le 11 février 2013.

 

« À rebours de l’interprétation dominante, Bertrand Badie montre au contraire que nous sommes entrés dans une nouvelle séquence des relations mondiales, une histoire infiniment plus dense, plus universelle, plus humaine, dominée par le tectonique des sociétés. »

blogs.sciences-po.fr, 25 février 2013.

 

« Concis, cet ouvrage apporte un regard neuf sur le dépassement de l’État nation et la réalité du monde tel qu’il va. »

Diplomatie magazine, mars/avril 2013.

 

« La lecture de ce court essai signé Bertrand Badie est stimulante. »

Patrick Pierran, Royaliste, 15/28 avril 2013.

 

« Ces deux thèses [avec l’ouvrage De la guerre à la communauté universelle. Entre droit et politique, de Monique Chemillier-Gendreau, Fayard], qui devraient susciter quelques objections de l’école « réaliste » courant dominant dans le monde académique français, sont assurément stimulantes. Notamment quand Bertrand Badie propose, pour atteindre un monde plus juste, d’en finir avec les humiliations infligées aux peuples et de procéder par inclusion et non exclusion des acteurs non étatiques. »

Gaidz Minassian, Le Monde des livres, 10 mai 2013.

 

 

«  »A rebours des tenants de la fin de l’histoire« .

Didier da Silva,Projet, août 2013.

 

 » Bertrand Badie nous présente ainsi sa vision des relations internationales dépourvues de théorie et nécessitant un retour à l’histoire et à la sociologie. « 

L’US Université syndicaliste mag supplément, 9 mai 2014.

 

  • Radio :

Bertrand Badie était l’invité de Agnès Chauveau et Nicolas Truong sur France Culture dans « Les Retours du Dimanche », le 23 décembre 2012, de 18h10 à 19h.

 

Bertrand Badie était l’invité de Marie-France Chatin sur RFI dans « Géopolitique, le débat », le dimanche 30 décembre 2012, de 11h40 à 12h.

 

Bertrand Badie était l’invité d’Hervé Gardette sur France Culture dans l’émission « Du Grain à moudre », lundi 7 janvier 2013 , de 18h20 à 19h.

 

Bertrand Badie était l’invité de Bernard Thomasson sur France Info, lundi 14  janvier 2013, de 12h45 à 13h.

 

Bertrand Badie était l’invité d’Hervé Gardette sur France Culture dans l’émission « Du Grain à moudre », jeudi 17 janvier 2013 , de 18h20 à 19h.

 

Bertrand Badie était l’invité de Agnès Chauveau et Nicolas Truong sur France Culture dans « Les Retours du Dimanche », le 20 janvier, de 18h10 à 19h.

 

Bertrand Badie sera l’invité d’Abdelwahab Meddeb sur France Culture dans l’émission « Cultures d’islam », vendredi 26 juin 2013, de 14h à 15h.

 

Bertrand Badie était l’invité de Benoît Bouscarel dans l’émission « Les Matins d’été » sur France Culture le 30 août 2013.

Bertrand Badie était l’invité de Philippe Lecaplain dans l’émission « Dimanche politique » sur RFI le 1er décembre 2013.

Du même auteur
Les médias en parlent