Le voyage de Nietzsche à Sorrente

Le voyage de Nietzsche à Sorrente

19,70

Automne 1876 : Nietzsche, jeune professeur de philologie à Bâle, brillant élève de Ritschl, part pour Sorrente, invité par son amie Malwida von Meysenbug. C’est son premier voyage dans le Sud : une découverte qui va changer sa vie et le cours de sa philosophie. C’en est fini des tentatives de renouveler la culture allemande au nom de la cause wagnérienne ; l’auteur de La Naissance de la tragédie (1872) commence sa mue.

Paolo D’Iorio dresse la carte de cette métamorphose : lectures et discussions, promenades, explorations des environs avec son ami Paul Rée et l’étudiant Albert Brenner ; il fait revivre cette sociabilité joyeuse et confiante qui fertilise l’élan créateur de Nietzsche. C’est à Sorrente que Nietzsche entreprend la rédaction de Choses humaines, trop humaines, dédié à Voltaire. Cette œuvre, la première sous forme d’aphorismes, inaugure sa philosophie de la maturité. La rupture avec Wagner qu’il verra alors pour la dernière fois, est intellectuellement consommée bien qu’encore cachée.

À la suite de ce voyage, Nietzsche abandonnera sa chaire bâloise et entamera une existence de philosophe sous le signe du Midi entre la Suisse, la France et l’Italie.

  • Paolo D'Iorio

    Paolo D’Iorio, directeur de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM), est spécialiste de Nietzsche dont il a étudié la philosophie de l’éternel retour.

9782271074577
07/06/2012
14.0 x 22.0 cm

  • Presse

 

« C’est en face du Vésuve que Friedrich devint Nietzsche II fallait bien un volcan pour ce philosophe éruptif C’est donc ce voyage à Sorrente auquel nous convie Paolo D’Iorio qui a participé à l’édition des OEuvres du maître dans la « Pléiade ». »

Laurent Lemire, Livres hebdo, 18 mai 2012

 

« le livre est la description minutieuse d’une métamorphose, d’une rupture dans la vie et la pensée de Nietzsche, d’une «crise» d’où naîtra la «philosophie de l’esprit libre» »

Robert Maggiori, Libération supplément livres, 14 juin 2011

 

« Le philosophe Paolo D’Iorio restitue pas à pas, document après document, presque mot à mot, la genèse (et regénèse) de la mue nietzschéenne »

Catherine Portevin, Philosophie Magazine, juillet/août 2012

 

« Un livre érudit, emplit de senteurs et de couleurs, croisant habilement la vie et la pensée. »

Philippe Chevallier, Le Vif/L’Express, 24 août 2012

 

« Au contact des Wagner installes en villegiature a Sorrente, le philosophe prend conscience d’une rupture inévitable avec l’esthétique du vieil enchanteur. »

F.M., Classica, septembre 2012

 

« La métamorphose de Nietzsche présentée en termes simples, concrets, sans jargon, en tout point dignes du philosophe à l’esprit libre. »

F.V., Valeurs actuelles, 25/31 octobre 2012

 

  • Radio/Télé

 

Paolo D’Iorio était l’invité de François Noudelmann sur France Culture dans « Le Journal de la philosophie », lundi 4 juin 2012, de 10h50 à 11h.

 

Paolo D’Iorio est l’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Public Sénat dans l’émission « Bibliothèque Médicis », vendredi 29 juin 2012, à 22h.

 

« L’essai du jour » de Jacques Munier sur France Culture consacré au livre Le voyage de Nietzsche à Sorrente, vendredi 15 2012. 

 

Paolo d’Iorio était l’invité de Lionel Esparza sur France Musique dans « Le Magazine » , jeudi 1er novembre 2012, de 12h35 à 13h30.

 

Paolo D’Iorio était l’invité d’Adèle Van Reeth sur France Culture dans l’émission  « Les Nouveaux chemins de la connaissance », jeudi 13 février 2014, de 10h à 10h50.

Du même auteur
Les médias en parlent