Algérie, les écrivains de la décennie noire

Algérie, les écrivains de la décennie noire

25,00 (Disponible en numérique)

Il y a trente ans, en octobre 1988, le monde arabe connaissait son premier « Printemps » en Algérie, suivi d’une guerre civile d’une rare violence qui saigna le pays, par l’assassinat ou par l’exil, d’une grande partie de son intelligentsia. L’une des premières victimes, le poète et journaliste de langue française Tahar Djaout tomba, en 1993, sous les balles de djihadistes islamistes.
Entre études littéraires et sociologie des intellectuels, ce livre montre les conséquences de cette crise politique sur les écrivains algériens. Cette guerre civile a-t-elle été une guerre des langues, opposant anti-islamistes francophones soutenus par la France, et pro-islamistes arabophones, choc de civilisations qu’un certain discours de l’époque s’est plu à diffuser ? Il est vrai que l’ancienne puissance coloniale est redevenue à l’occasion de cette « décennie noire » un espace central pour l’exil, le débat politique, et la reconnaissance littéraire des Algériens. C’est plus largement la place de ces écrivains dans les sociétés algérienne et française qui est interrogée.
Exceptionnelle par l’ampleur et la diversité de ses sources, cette étude s’adresse aux lecteurs curieux de découvrir une littérature à la fois si proche et lointaine (de langue française ou arabe : Rachid Boudjedra, Mohammed Dib, Assia Djebar, Tahar Ouettar…) ; et qu’intéressent les enjeux particulièrement actuels de l’engagement politique en période de censure religieuse, de migrations intellectuelles, et d’identités postcoloniales à l’heure de la mondialisation.

  • Tristan Leperlier

    Ancien élève de l’École Normale Supérieure, Tristan Leperlier est sociologue de la littérature, chercheur au CNRS (laboratoire THALIM). Il a reçu le prix de thèse "Moyen-Orient et Monde Arabe" en sciences politiques et relations internationales pour son travail à l'EHESS sous la direction de Gisèle Sapiro, « Une guerre des langues ...

9782271120755
Culture et société
11/10/2018
344
15.0 x 23.0 cm

« Une analyse extrêmement fine »

Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire, septembre 2018

 

« Posant la question classique de « comprendre ce que le politique fait à la littérature, et ce que la littérature fait au politique », Tristan Leperlier donne avec livre un outil passionnant pour saisir pourquoi la place des écrivains a été si importante de la lutte pour l’indépendance à la guerre civile et au-delà. »

Alain Nicolas, L’Humanité, novembre 2018

 

« Un très beau livre »

L’Histoire, décembre 2018

 

« Un ouvrage désormais incontournable »

Christiane Chaulet Achour, Diacritik, décembre 2018

 

« Une recherche très dense et très circonstancié[e]. »

Ahmed Hanifi, Le Quotidien d’Oran, 2018

 

« Tristan Leperlier signe un ouvrage rare, comblant un vide dans les études sur l’Algérie. La richesse de son travail, avec de nombreux entretiens, a abouti à un essai de grande qualité. »

Guillaume Fourmont, Moyent-Orient, janvier 2019

 

« S’appuyant sur des entretiens et sur des sources très variées, aussi bien en français qu’en arabe, Tristan Leperlier interroge le rôle des écrivains algériens durant la guerre civile (1991-2002) et les effets de celle-ci sur le champ littéraire, considéré dans sa dimension transnationale, compte tenu de l’« exil massif » en France de membres de l’intelligentsia. »

Nicolas Appelt, Le Monde diplomatique, mars 2019

 

« Fruit d’un travail considérable de recherche doctorale, Algérie, les écrivains dans la décennie noire est une contribution majeure aux études littéraires et sociologiques sur l’Algérie contemporaine. En s’intéressant aux prises de position des écrivains algériens et à la circulation de leurs œuvres et de leurs idées en contexte de crise politique, l’ouvrage se lit comme une enquête savante qui résiste aussi bien à la simplification qu’à la systématisation. »

Khalid Lyamlahi, En attendant Nadeau, avril 2019

 

« a dense, well-written, and well-crafted study »

Mildred Mortimer, The Journal of North African Studies, avril 2019

 

« Ce livre de Tristan Leperlier, par l’ampleur de son enquête, par son approche dynamique du champ littéraire algérien, par sa méthode, alternant sociologie et étude compréhensive des trajectoires et des œuvres, constitue désormais une référence pour aborder la littérature algérienne de la décennie noire. »

Littérature 2019/3 (N° 195), septembre 2019

 

« (…) un livre intense et réfléchissant sur la littérature algérienne. »

Kamel Chachoua, Remmm, novembre 2019

 

 

Tristan  Leperlier a accordé un entretien à Hamid Abdelkader pour Al-Khabar le 24 janvier 2019

Tristan Leperlier a accordé un entretien à Constance Langrand pour Le Monde des Religions, le lundi 04 mars 2019.

Tristan Leperlier a accordé un entretien à Nadia Agsous pour La Cause littéraire et El Watan, le 29 mars 2019

Tristan Leperlier a accordé un entretien pour un article de L’Orient-Le Jour sur les « écrivains algériens face à la crise », le 13 mars 2019

Tristan Leperlier a accordé un entretien à Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard pour France Culture, dans l’émission « La Fabrique de l’histoire », le 2 avril 2019

Tristan Leperlier a accordé un entretien à Dominique Perrin pour son article « Les intellectuels algériens font leur révolution » dans M Le magazine du Monde, le 2 août 2019

Tristan Leperlier a accordé un entretien au magazine Jadaliyya, le 7 novembre 2019 (en anglais)

 

 

 

 

Les médias en parlent