Comment on écrit l'histoire au XIIIè siècle

Comment on écrit l’histoire au XIIIè siècle

Primat et le Roman des roys

25,00 (Disponible en numérique)

En 1275, Primat, moine de Saint-Denis, achève la rédaction de la première grande histoire de France écrite en français, suscitée par Saint Louis et commandée par son abbé, l’illustre Mathieu de Vendôme. C’est le Roman des roys, appelé plus tard Grandes Chroniques de France, récit de la monarchie qui inscrit les rois contemporains dans la glorieuse lignée des rois francs, considérés dès l’origine comme « français ». Jusqu’à l’époque moderne, ce texte majeur est demeuré au fondement de notre tradition nationale. Primat n’a pas seulement procédé à une compilation, genre littéraire noble à l’époque, de versions latines antérieures. Parfaitement maître de son vocabulaire, le moine de Saint-Denis, heureux de vivre en son temps dans le beau royaume de France, a choisi les mots propres à représenter à ses contemporains l’histoire de leur pays, et délibérément projeté dans le passé le modèle qu’il lui paraissait souhaitable de suivre dans le présent. L’auteur montre ainsi de façon magistrale que Primat n’était pas un simple thuriféraire de la grandeur des rois de France, mais bien un véritable historien, conscient des enjeux de son métier. La mort a empêché Bernard Guenée de mettre la dernière main à son manuscrit. Jean-Marie Moeglin, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Sorbonne et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, s’est chargé d’en établir la publication.

  • Bernard Guenée

    Bernard Guenée (1927-2010), membre de l’Institut, fut l’un des grands historiens français de la fin du XXe et du début du XXIe siècle ...

9782271088055
11/02/2016
296
15.0 x 23.0 cm

« En fin de compte, l’ouvrage de Bernard Guenée, bien qu’inachevé, possède une force que seuls les grands historiens savent retranscrire : celle d’insuffler un souffle de vie au passé. »

Yoann Solirennen, nonfiction.fr, 27 avril 2016. 

« Bref, cette œuvre est un véritable « lieu de mémoire » français. A un moment où l’Hexagone s’interroge sur ses racines, l’étude de cette épopée ancienne, racontée par un auteur du XIIIe siècle, a quelque chose du savant rafraîchissement. »

Jacques de Saint Victor, Le Figaro littéraire, 16 juin 2016.

« Bernard Guenée fait le point sur les différents ouvrages utilisés par Primat et revient sur la construction du royaume, avec une approche originale, notamment celle du vocabulaire, par exemple les nuances entre les qualificatifs comme « débonnaire », « grand », « bon » ou « fort » donnés aux souverains et que Primat utilise avec précision. »

Paul Valois, Dossiers Archéologie & sciences des origines, juillet/août 2016.

Du même auteur
Les médias en parlent