L'alphabet touareg

L’alphabet touareg

25,00 (Disponible en numérique)

Série « Le passé recomposé » dirigée par Sophie A. de Beaune

Cet ouvrage évoque l’usage des alphabets touaregs et retrace leur histoire. Utilisés aujourd’hui pour graver des inscriptions sur la roche ou sur certains objets et écrire de petits messages à des proches, ces alphabets – presque exclusivement consonantiques – dérivent d’alphabets beaucoup plus anciens appelés « libyques » ou « libyco-berbères ». Parfois associées à des inscriptions puniques ou latines, on trouve des épigraphes libyques dans tout le Maghreb actuel, de la Libye au Maroc et même jusqu’aux îles Canaries. L’histoire de ces alphabets est en grande partie obscure, mais il est permis de faire à leur sujet quelques hypothèses… Notamment que, créés quelques siècles avant notre ère sous l’influence des Puniques, ils ont ensuite disparu de l’Afrique du Nord au moment des invasions arabes, pour ne subsister qu’au Sahara. Depuis quelques décennies, des intellectuels berbères – Touaregs, Kabyles ou Marocains – ont entrepris de les moderniser en y adjoignant des voyelles, ce qui aboutit à des formes d’écriture très différentes de celles du passé.

Prix 2016 Georges Dumezil 2016 de l’Académie française

  • Dominique Casajus

    Dominique Casajus, directeur de recherches au CNRS, enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a consacré plusieurs ouvrages à la culture et à la poésie des Touaregs ainsi qu’à l’histoire de leurs premiers contacts avec le monde européen.

, , , ,
9782271083395
Le passé recomposé
19/03/2015
256
14.0 x 22.0 cm

« Sous un titre austère et un propos savant, voilà pourtant un livre explosif : il s’agit ni plus ni moins que de se prononcer sur l’autochtonie et l’ancienneté d’un trait de culture que des militants amazighs voudraient bien voir inscrit de toute éternité sur cette terre d’Afrique. Anthropologue spécialiste de la poésie touarègue, à quoi il a consacré plusieurs ouvrages, Dominique Casaïus reprend le dossier au fond. Conjuguant de façon éblouissante plusieurs registres d’érudition (archéologie et histoire antique, linguistique et philologie, histoire du temps présent et de ses dérives), il parvient, dans un dossier aussi embrouillé que polémique, à reduire méthodiquement les espaces d’incertitude. »

F. P., Qantara, avril 2015

Du même auteur
Les médias en parlent