La question du sujet. Descartes et Wittgenstein

25,00 (Disponible en numérique)

« Qui suis-je ? » La question formulée par Descartes dans les Méditations métaphysiques traverse les courants les plus divers de la philosophie, sous des formes variées et conflictuelles. Wittgenstein, trois siècles plus tard, la reprend et la retravaille. Est-il possible, par un jeu de confrontation entre Descartes et Wittgenstein, de renouveler cette question de l’identité subjective ? C’est le projet que se fixe Pascale Gillot dans cet ouvrage.
Elle nous fait entendre, chez ces deux philosophes traditionnellement opposés, une même attention à la grammaire spécifique de la subjectivité, qui n’est ni un quelque chose, ni un rien. Les expériences de pensée proposées par Wittgenstein, autour d’une expérience phénoménale ne renvoyant pas au corps propre (la possibilité d’avoir mal dans le corps d’un autre), rencontrent alors les analyses cartésiennes d’un Je, le Je métaphysique, un sujet sans référent corporel. Loin de s’identifier à une substance fantomatique, à un moi psychologique, ce Je inassignable donne à entendre le caractère constitutivement évanouissant de la subjectivité, une subjectivité rétive à la grammaire de l’objectification.
Paradoxalement, le caractère insaisissable du sujet, sa vacuité, offrent un socle de résistance aux injonctions managériales à « être soi-même ». Ainsi se conçoit une possible libération à l’égard des multiples assignations à tel statut civil ou social ; autrement dit, un refus des identifications aliénantes autant qu’imaginaires.

  • Pascale Gillot

    Pascale Gillot est maître de conférences en philosophie à l’Université de Tours ...

9782271119834
CNRS Philosophie
13/08/2020
15 x 23 cm

« […] dans cet essai stimulant (…) deux philosophes que tout semblait opposer nouent grâce à elle, par-delà l’inévitable technicité de l’exercice, un dialogue d’une fécondité étonnante, qui aboutit à une critique radicale de l’emprisonnement du « je » dans le « moi » illusoire des «identifications aliénantes» -tout ce fatras psychologique, social, par lequel chacun croit se  connaître. »

Florent Georgesco, Le Monde, août 2020

Du même auteur
Les médias en parlent