Est-ce que tu mèmes ?

22,00 (Disponible en numérique)

Les mèmes, ces images ou séquences d’images fixes ou animées, transformées et détournées, inondent le web et nos messageries. Personne n’y échappe. Ils circulent sur Internet, à la portée de tout un chacun, pour nous faire rire, pour critiquer ou donner à penser.
Parfois regardée avec mépris, cette nouvelle manifestation de la pop culture recèle un monde complexe, qu’il faut pénétrer pour en saisir toute la richesse. Car si les mèmes sont des formes humoristiques, ils disent beaucoup sur le monde, l’actualité et sur nous-mêmes. Pas seulement pour se moquer, mais aussi pour dénoncer, pour soutenir une cause ou, tout simplement, exprimer nos peurs, comme on l’a vu pendant la pandémie.
Populaire, proliférante et massive, la culture du mème méritait un décryptage. Avec son regard de sémiologue, François Jost en décortique la mécanique, nous en révèle les ressorts, les usages et leurs rôles social et politique.
Une excursion passionnante dans notre quotidien numérique.

  • François Jost

    Professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle, sémiologue, fondateur du Centre d’Études sur les Images et les Sons médiatiques, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur l’image et les médias, dont La méchanceté en actes à l’ère numérique (CNRS Éditions, 2018).

,
9782271139566
21/04/2022
230
14 x 22 cm

François Jost était l’invité de Géraldine Mosna-Savoye sur France Culture, dans l’émission « Les chemins de la Philosophie », le 17 décembre 2021.

« Joli décryptage par un sémiologue de la culture du mème qui envahit les réseaux sociaux. »

Epsiloon, édition avril 2022.

« Un mème peut tout aussi bien servir à s’amuser qu’à soutenir la propagande ou la contestation du pouvoir en place. »

François Jost accordait un entretien à Nicolas Santolaria dans Le Monde, le 15 avril 2022.

François Jost était l’invité de Marie Sorbier sur France Culture, dans l’émission « Affaire en cours », le 20 avril 2022.

  • Le Monde, 15 avril 2022

    « Un mème peut tout aussi bien servir à s’amuser qu’à soutenir la propagande ou la contestation du pouvoir en place. » François Jost accordait un entretien à Nicolas Santolaria dans Le Monde.

Du même auteur
Les médias en parlent