La cadre-analyse d’Erving Goffman

Une aventure structuraliste

20,00 (Disponible en numérique)

Erving Goffman (1922-1982) compte parmi les grands sociologues de langue anglaise. Asile, Stigmates, La mise en scène de la vie quotidienne, ses ouvrages les plus connus, prennent pour objet l’interaction dans l’expérience ordinaire. Les cadres de l’expérience (1974) s’attache également aux situations les plus banales, mais dans une problématique différente : celle de la structure de l’expérience de la vie sociale, analysée à travers les principes d’organisation qui nous permettent de définir une situation, c’est-à-dire de répondre à la question « Que se passe-t-il ? ». Ces principes sont ce que Goffman nomme des « cadres », grâce auxquels l’individu peut reconnaître un événement puis adapter sa conduite. Cadres naturels, sociaux, primaires, transformés, en forme de modes ou de fabrication : leur agencement obéit à une véritable grammaire, que nous maîtrisons plus ou moins sans en avoir conscience.
Après avoir présenté en détail ce modèle, Nathalie Heinich analyse les réactions qu’il a suscitées dans la sociologie américaine, puis elle le met à l’épreuve de plusieurs exemples : un film de Truffaut, le Pont-Neuf de Christo, la corrida, le canular en art, l’édification contemporaine d’un château médiéval… Ce livre propose ainsi la première présentation en français d’un ouvrage largement méconnu dû à un sociologue majeur.

  • Nathalie Heinich

    Nathalie Heinich, sociologue, directrice de recherche au CNRS, s’est spécialisée dans la sociologie des professions artistiques et des pratiques culturelles, tout en développant des recherches sur l’épistémologie des sciences sociales, la notion d’identité, et les valeurs.

9782271122339
05/03/2020
168
14 x 22 cm

Nathalie Heinich signait une tribune dans le Monde en avril 2020

 

Du même auteur
Les médias en parlent