Artistes femmes

Artistes femmes

La parenthèse enchantée XVIIIe-XIXe siècles

25,00 (Disponible en numérique)

Entre 1750 et 1850, l’univers des beaux-arts connaît de profondes mutations, dont l’une des conséquences est la banalisation d’une image positive de la dame artiste. Progressivement, des barrières s’abaissent, des contraintes se desserrent et la pratique de la peinture est rendue plus accessible aux femmes. S’ouvre alors une période de créativité foisonnante associée aux noms – parfois oubliés aujourd’hui –d’Elisabeth Vigée-Lebrun, Adélaïde Labille-Guiard, Marie-Guillemine Benoist, Marguerite Gérard, Constance Mayer, Victoire Jaquotot, Lizinka de Mirbel, Rosa Bonheur…

Pourquoi les artistes femmes, à ce moment précis de l’histoire, ont-elles bénéficié de l’intérêt de leurs contemporains et de conditions de travail relativement égalitaires ? Pour saisir ce phénomène, Séverine Sofio réintègre les artistes des deux sexes dans la réalité quotidienne de leur travail de création.

Ni recueil d’analyses d’œuvres, ni histoire des femmes dans l’art, cet ouvrage traite de la pratique des beaux-arts, de son organisation et de ses réalités professionnelles, institutionnelles et économiques. Cette suspension relative de l’infériorisation des femmes dans les beaux-arts n’en demeure pas moins provisoire : si la parenthèse s’ouvre timidement dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, elle se referme progressivement avant le milieu du siècle suivant.

Prix Olga Fradiss 2018 par la Fondation Lucie et Olga Fradiss.

  • Séverine Sofio

    Sociologue, diplômée de l’École du Louvre, Séverine Sofio est chargée de recherche au CNRS ...

9782271091918
Culture et société
12/05/2016
384
15.0 x 23.0 cm

Presse :

« Là où les études de genre dénoncent d’ordinaire les obstacles que rencontrent les femmes en art, Séverine Sofio révèle que, entre 1750 et 1850, nombre d’entre elles (issues pour l’essentiel de la petite et moyenne bourgeoisie) purent progressivement accéder au métier de peintre et y gagner, telles Marie-Victoire Jaquotot, Adélaïde Labille-Guiard ou Constance Mayer, une véritable notoriété. »

Jean-Louis Jeannelle, Le Monde des Livres, 26 mai 2016

« Voici un vrai livre d’histoire, qui plonge dans les rouages institutionnels et les pratiques professionnelles. »

Histoire et Civilisations, juillet 2016

« L’ouvrage replace brillamment le cas des artistes femmes dans le contexte de la vie artistique (institutionnel, économique, intellectuel) de l’époque. »

Margot Boutges, Le Journal des Arts, 24 juin/7 juillet 2016

« Ce siècle où l’art se conjugue au féminin est presenté avec érudition par la sociologue Séverine Sofio, diplômée de l’Ecole du Louvre. »

Sabrina Silamo, L’Estampille – L’objet d’art, novembre 2016

Evénements :

Artistes femmes. La parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècles sera présenté par Charlotte Guichard, le mardi 30 mai 2017 à 14h au CNRS/site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75016 Paris, salle 255.

Les médias en parlent