Les nouveaux oracles

Comment les algorithmes prédisent le crime

22,00 (Disponible en numérique)

Prédire l’avenir permet d’agir de façon optimale au présent. Aujourd’hui, les prédictions les plus précises proviennent d’algorithmes, qui permettent d’anticiper aussi bien une maladie que le départ d’un employé. Mais cette prédiction algorithmique atteint également l’État dans ses fonctions les plus régaliennes, comme la sécurité.

Que ce soit en justice pénale (pour estimer le risque de récidive d’un détenu), au sein de la police (afin de connaître les probabilités d’occurrence d’un crime dans un certain lieu), ou dans la lutte contre le terrorisme (afin de détecter les menaces potentielles), les algorithmes prédictifs sont largement mobilisés en matière de sécurité intérieure et extérieure. Ces nouveaux oracles marquent-ils l’avènement de Minority Report version 2.0 ?

S’ils charrient la promesse d’une efficacité accrue, ces algorithmes pourraient aussi bien agir, en cas de biais importants, comme des « armes de destruction massive ». Nos valeurs nous enjoignent à nous prémunir de l’émergence d’un Big Brother que nos moyens technologiques rendent désormais possible. Le panoptique à ciel ouvert, tel que déployé par la Chine, par exemple, en constitue un exemple inquiétant. Il faut donc trouver la ligne de crête, le fragile équilibre qui doit permettre d’éviter le double écueil de l’impuissance publique et de la dystopie totalitaire. Au fond, les algorithmes sont solubles dans la démocratie s’ils la servent plutôt que s’y substituent.

  • Vincent Berthet

    Vincent Berthet est maître de conférences à l’Université de Lorraine et chercheur associé au Centre d’Économie de la Sorbonne ...

  • Léo AMSELLEM

    Léo Amsellem, politiste, est diplômé de Sciences Po Paris en affaires publiques, de la Sorbonne en philosophie, et de la London School of Economics en économie politique européenne.

,
9782271132024
19/08/2021
240
15 x 23 cm

« Ces logiciels ont en commun de s’attirer le scepticisme tant ils renvoient à des fantasmes de science-fiction. Et pour cause : ils ambitionnent de prédire crimes et délits. »

A.D., Sciences & Avenir, novembre 2021.

« Qui peut prédire ce que sera demain la justice prédictive ? Le politiste Léo Amsellem et Vincent Berthet, maître de conférences en sciences cognitives, en pointent le risque invasif. »

Jérôme Pilleyre, La Montagne, le 16 octobre 2021.

Vincent Berthet et Léo Amsellem étaient les invités de Frédéric Taddéï sur RT dans l’émission « Interdit d’interdire », le 23 septembre 2021.

« Ajourner le développement des technologies de l’intelligence artificielle revient à accepter de devenir dépendants, à l’avenir. »

Tribune de Léo Amsellem et Vincent Berthet dans Le Monde, le 12 novembre 2021.

« La lecture des Nouveaux oracles permet d’abord de mesurer, une nouvelle fois, à quel point la science-fiction américaine des années 1950 et ses auteurs prolifiques, Isaac Asimov ou Ray Bradbury par exemple, sont devenus un référentiel collectif incontournable pour penser les effets de l’informatisation croissante de nos vies. »

Eymard, Etudes, édition décembre 2021.

« L’auteur démontre que les algorithmes sont solubles dans la démocratie s’ils la servent au lieu de s’y substituer. »

Actuia, décembre 2021 – février 2022.

Du même auteur
Les médias en parlent