Le devoir de mémoire

Une formule et son histoire

12,00

D’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente.
Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes.
Ce sont les mutations de la société française des dernières décennies qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser et dont l’actualité est toujours brûlante.

Postface inédite
« Un livre remarquable »
Gilles Heuré, Télérama

  • Sébastien Ledoux

    Sébastien Ledoux est chercheur en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et enseignant à Sciences Po Paris ...

9782271138620
Biblis
14/10/2021
568
11 x 18 cm

« Est-ce qu’« un notre monde » passe par un effacement des traces de ce passé de dominations ? Cette question a nettement émergé depuis deux ans avec le déboulonnage des statues et les débats sur la « cancel culture » ou l’appropriation culturelle. La présence d’un passé dans l’espace public marque-t-elle la continuité de la domination, voire sa célébration en assignant les descendants de dominés et de dominants dans une expérience continue ? La question appartient au présent et divise. »

Tribune de Sébastien Ledoux dans Télérama, le 18 février 2022.

Du même auteur
Les médias en parlent