Metternich

Metternich

27,00 (Disponible en numérique)

Aristocrate cosmopolite, inégalable praticien de la diplomatie, le prince de Metternich a marqué le XIXesiècle de son empreinte. Admirateur du siècle des Lumières, mais fermement opposé aux idéaux révolutionnaires, l’homme d’État autrichien impose sa vision des relations internationales après la chute de Napoléon. Son chef-d’œuvre est le Congrès de Vienne (1814-1815), qui assurera un long siècle de paix en Europe. Metternich fut également un modernisateur et le gage d’une stabilité qui permit à l’Autriche de consolider sa puissance. « Ma biographie me fera peut-être connaître d’une manière défavorable, mais du moins elle ne sera pas ennuyeuse », prophétisait le chancelier autrichien. L’ouvrage de Luigi Mascilli Migliorini en atteste, c’est un Metternich toujours sur la brèche, déroutant, à la fois solennel et sceptique, imprévisible, que fait revivre ce récit haletant et admirablement documenté. Le fondateur du nouvel ordre européen y apparaît dans tout son génie et dans toutes ses contradictions.

  • Luigi Mascilli Migliorini

    Spécialiste mondialement reconnu de l’époque napoléonienne, Luigi Mascilli Migliorini est professeur à l’université de Naples « L’Orientale ».

9782271087423
22/03/2018
432
15.0 x 23.0 cm

« Dans cette biographie du chancelier autrichien, Mascilli Migliorim brosse le portrait pénetrant de celui qui fut, en dépit de ses contradictions, un maitre de la diplomatie.[…] Mascilli Migliorim montre encore que Metternich, repute réactionnaire, fut aà sa maniere un modernisateur. Un grand livre pour une grande figure. »   

Jean Sévilla, Le Figaro Magazine, mars 2018

 » Luigi Mascilli Migliormi dresse le portrait tout en nuances d’un des personnages les plus secrets du début du XIXè siècle. « 

Vincent Rolin, Napoléon 1er, mai 2018

« Luigi Mascilli Migliorini met magistralement en lumière les tours et détours empruntés par le grand ministre pour maintenir ce qu’on appelait alors le concert européen. »

Laurent Theis, Le Point, 14 juin 2018

 

Les médias en parlent