La (re)localisation du monde

24,00 (Disponible en numérique)

Et si le monde d’après-Covid était en gestation depuis plusieurs années déjà ? Si le phénomène actuel de relocalisation ne datait pas de mars 2020, mais plutôt des années 2010 ? C’est la thèse de cet essai original et accessible, qui décrit le monde qui vient et ses acteurs, en s’appuyant sur une riche infographie et cartographie.

Car notre monde globalisé est en train de s’éteindre au profit d’un monde localisé, suscité par trois révolutions. La première est industrielle : la robotique et le numérique sont entrés dans nos usines, les rendant capables de produire à la demande et à des coûts similaires à ceux des pays émergents. La deuxième est énergétique : l’essor exponentiel des renouvelables multiplie les sources locales d’énergie. La troisième concerne les ressources : de plus en plus réemployées, elles offrent des matières premières de proximité.

Ce monde plus durable, fondé sur des grandes aires de production régionales, redessine les rapports de force économiques et géopolitiques, faisant apparaître de nouveaux maîtres du jeu. En se basant sur des données économiques internationales et de nombreux entretiens, Cyrille P. Coutansais rend compte de cette fascinante mutation de nos systèmes productifs, de nos modes de vie et de consommation.

Préface de Pascal Lamy

,
9782271127099
06/05/2021
280
14 x 22 cm

Cyrille P. Coutansais était l’invité de Julien Magnollay sur la RTS dans l’émission « Tribu« , le 17 mai.

« Dans les 10-15 ans à venir, le monde sera de plus en plus global mais aussi de plus en plus local. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de la mondialisation que d’avoir recréer des frontières et de favoriser la réémergence des cultures locales. »

Jean-Baptiste Noé, Les Observateurs.ch, 28 mai 2021.

« La nécessité de relocaliser l’économie a commencé un singulier mouvement avec la crise financière de 2008 et Cyrille P. Coutansais propose une analyse détaillée de la réalité géoéconomique du monde et de ses perspectives. »

Cédric Lépine, Mediapart, 30 juin 2021.

« Un livre passionnant sur les tendances actuelles de l’économie, qui se fait de plus en plus multilocale et moins transnationale. »

Christian Chavagneux, Alternatives économiques « Livre du mois », juillet-août 2021.

« Cyrille Coutansais annonce donc la fin de ce qu’il appelle « l’économie du lego » et le début d’un monde nouveau, tout à la fois global et local. »

Diplomatie Magazine, juillet-août 2021.

« La relocalisation devient possible, au moins dans certains secteurs, car l’arrivée des robots industriels, des imprimantes 3D, de l’intelligence artificielle ou de la 5G permet de produire au même coût qu’en Chine. »

Entretien de Cyrille P. Coutansais avec Francis Brochet, L’Est Républicain, le 19 juillet 2021.

« Depuis les années 2010, les progrès de la robotique et du numérique permettent une production plus automatisée dans les pays développés […] Énergies renouvelables de proximité, recyclage des ressources et déchets de plus en plus efficaces devraient ainsi permettre une relocalisation régionale des aires de production. Une démonstration brillante et étayée ! »

Sylvie Rouat, Sciences & Avenir La Recherche, septembre 2021.

Cyrille P. Coutansais était l’invité de José Manuel Lamarque sur France Inter dans l’émission « Chroniques littérales », le 1er octobre 2021.

« Il ne faut pas s’attendre à des créations d’emplois en nombre. Des usines plus automatisées, plus robotisées, ont besoin de moins de main d’œuvre. Mais la France est à un tel niveau que toute création d’emploi industriel ne peut être que positif. »

Francis Brochet rencontrait Cyrille Coutansais pour un entretien dans Le Républicain Lorrain, le 14 décembre 2021.

« Dans son ouvrage, l’auteur décrit une véritable mutation de nos systèmes productifs, et de nouveaux rapports de force économiques et géopolitiques. »

Anne Daubree, La Gazette Normandie, le 28 décembre 2021.

« Attention ! Ce livre ne propose pas de méthode. Il détaille les ambigüités, les manquements. Chacun doit faire « sa part » mais la main (verte !) de l’Etat devra aussi se faire sentir pour indiquer la bonne direction. L’Etat, c’est nous, le climat aussi ! »

François-Charles Rebeix, La Lettre des Achats, le 29 décembre 2021.

«  Lequel explore une hypothèse surprenante : le phénomène actuel de relocalisation aurait débuté dans les années 2010, et non 2020. Dans son ouvrage, l’auteur décrit une véritable mutation de nos systèmes productifs, et de nouveaux rapports. »

Anne Daubree, Parjal, le 1er janvier 2022.

 

Du même auteur
Les médias en parlent