Babel

Babel

20,00

Zygmunt Bauman (1925-2017) compte parmi les figures majeures de la sociologie européenne. Contrairement à ses contemporains, il n’a jamais aspiré à construire un système théorique. Du Coût humain de la mondialisation à L’Éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?, il multiplie les thématiques et les angles d’approche, soucieux de rendre compte de la complexité croissante de la société. La diversité de ses sources, de la politologie à la philosophie et à la littérature, témoigne d’une rare exigence intellectuelle.

Ce dialogue à bâtons rompus avec son ami journaliste Ezio Mauro introduit de manière vivante à son œuvre. « La vie liquide », les « fragilités d’appartenance » avec Internet, l’hypocrisie de notre langage quotidien, la marchandisation de la vie, l’exclusion mise en scène dans des spectacles médiatiques, le caractère superficiel de notre univers multiculturel… sont ici exposés, explorés avec simplicité et détermination.

Au-delà des mirages de la postmodernité, Zygmunt Bauman nous engage à poursuivre la construction des valeurs d’autonomie, de liberté et de rationalité sociale, tout en interprétant les paradoxes de notre condition actuelle. Cet ouvrage-testament lui permet de revisiter son œuvre au prisme de notre quotidien.

Traduit de l’anglais et de l’italien par Béatrice Didiot

  • Zygmunt Bauman

    Zygmunt Bauman est notamment l’auteur de La Vie en miettes ...

  • Ezio Mauro

    Ezio Mauro a été directeur du quotidien italien La Repubblica.

9782271091697
18/05/2017
192
14.0 x 22.0 cm

« Bauman, implacablement lucide sur nos impasses, n’est pourtant jamais abattu ni résigné. »

Roger-Pol Droit, Le Monde des livres, juin 2017

« Disparu au début de l’année, le sociologue Zygmunt Bauman laisse derrière lui cet ultime ouvrage, dans lequel il dialogue a bâtons rompus avec Ezio Mauro, le directeur du quotidien italien la Repubblica (…) Face a ce mouvement de fond, Bauman ne s’enferme pas pour autant dans ce qui serait une strategie purement défensive (…) Si Zygmunt Bauman donne l’impression d’esquiver la question des alternatives, au moins sa critique de l’existant, globalement partagée par son ami Ezio Mauro, fait elle
mouche (…) On s’attardera ainsi sur les échanges passionnants autour du travail. »

Laurent Etre, L’Humanité, juin 2017

Les médias en parlent