Le mythe gastronomique français

Le mythe gastronomique français

17,00

La France, numéro un mondial de la gastronomie ? Notre cuisine est-elle la meilleure et la plus inventive ? Est-elle réellement connue, copiée, enviée dans le monde entier ? Ou faut-il voir dans ce triomphalisme l’un de ces travers égocentriques dont notre pays a le secret ?

Né après la Révolution française, le mythe gastronomique français a connu son apogée au XIXe siècle : Brillat-Savarin triomphe, Carême codifie la haute cuisine, Escoffier s’impose comme une référence mondiale.

Bousculant les idées reçues, Alain Drouard retrace l’histoire de ce grand récit national qui a façonné nos représentations collectives, de ses origines lointaines à la Slow Food, de La Reynière au Michelin et du pot-au-feu à la cuisine moléculaire. Il constate le fossé grandissant entre la réalité de nos pratiques alimentaires et culinaires et les discours satisfaits qui les accompagnent.La France, autoproclamée « premier pays gastronomique » du monde, est aujourd’hui le deuxième mangeur de pizza après les États-Unis, et Mac Donald y est le premier restaurateur…

Une histoire de papilles qui éveille l’appétit, et l’exploration des remèdes pour redonner, modestement, un avenir à notre gastronomie.

9782271066275
14/05/2010
160
17.0 x 15.0 cm

"Elle met en évidence la contradiction entre deux conceptions de l’idée libérale : celle qui considère que le marché est la mesure de toute chose, et celle, la nôtre, qui distingue entre les lois économiques du marché et les règles politiques de la démocratie, dont la fin est l’intérêt général."

Alain-Gérard Slama, Le Figaro Magazine, le 29 mai 2010

 

"Grandeur et décadence de la gastronomie française à l’heure de la globalisation."

La Quinzaine Littéraire, le 3 juin 2010

 

"Une histoire de papilles qui éveille l’appétit, et l’exploration des remèdes pour redonner, modestement, un avenir à notre gastronomie."

Guide des terroirs, été 2010

 

"Bousculant les idées reçues, l’auteur retrace l’histoire de ce grand récit national et constate le fossé grandissant entre croyances collectives et pratiques alimentaires."

Biocontact, le 28 juin 2010

 

"faire naître une gastronomie adaptée à notre époque et à nos contemporains."

La lettre CHR CHD, le 12 juillet 2010

 

"Notre cuisine est elle encore la meilleure et la plus inventive ?

Jean Chélini, La Provence, le 13 juillet 2010

 

"L’objectif est clair : il ne s’agit pas plus de revenir en arrière à je ne sais quel âge d’or de la grande cuisine bourgeoise que de se lancer dans la cuisine moléculaire."

Jean Etienne Caire, Parutions.com, le 20 juillet 2010

 

"Il est temps d’inventer une nouvelle forme de gastronomie à la française sans sectarisme ni pesanteur, pour notre temps et pour tous. C’est celle que défend Alain Drouard dans ce livre qui s’avale comme un verre de gaspacho par temps chaud."

JPG, Le Monde Magazine, le 30 juillet 2010

 

"Gastronomes autoproclamés?, L’Unesco peut-elle reconnaitre un mythe, interroge avec humour ce savoureux ouvrage de deconstruction?"

Trends-Tendances, le 26 aout 2010

 

"On peut se demander si la tradition perdurera sachant que nous sommes aujourd’hui le deuxième pays mangeur de pizza, après les États-Unis. Un constat enforme de cri d’alarme d’Alain Drouard."

AW, Historia, le 31 aout 2010

 

"Sur ce sujet où se croisent histoire et sociologie, goûts personnels et intérêts économiques, comment arriver à une réponse objective? Livre curieux, donc, bon répertoire de données évolutives, avec riche bibliographie, mais prudent dans sa conclusion."

BP, Le bulletin des lettres, le 2 octobre 2010

 

"La gastronomie française se retrouvera peutêtre un jour inscrite à un inventaire moins glorieux, celui des chefs-d’oeuvre en péril? […] Le
Mythe gastronomique français", bouscule nos certitudes d’excellence gourmande et nous renvoie à notre réalite de deuxième peuple mangeur de pizzas du monde, et dont McDonald’s est devenu le premier restaurateur !"

Christine Masson, Cuisine Actuelle, le 19 spetembre 2010

 

"« faire évoluer le système alimentaire et de faire émerger une autre ou une nouvelle gastronomie » choix judicieux des produits (locaux et de saison) pas de terrorisme bio cuisine a la portée de tous et pratiquée chez soi Voeu pieux!"

P.Ch., Lectures, le 11 février 2011

Du même auteur
Les médias en parlent