Les guerres et la mémoire

Les guerres et la mémoire

25,00 (Disponible en numérique)

Commémorer la guerre. Une habitude que la France, depuis Sedan, n’a cessé d’entretenir pour célébrer ses glorieuses défaites ou ses retentissantes victoires. Il est peu de pays qui honore avec tant de soin, de persévérance et de moyens la mémoire des événements et des hommes, semant ici et là les monuments du souvenir.

Inventées après la déroute de 1870, ces fêtes nationales, parfois appelées « journées de guerre », se structurent tout au long de la IIIe République. Après la Grande Guerre, qui en fixe les rituels, ces célébrations deviennent le réceptacle de toutes les passions nationales. Même Vichy n’osera pas remettre en cause cet instrument d’assignation identitaire et de communion mémorielle dédié à l’écriture du roman national. La victoire des Alliés, puis les guerres coloniales, ne feront qu’enrichir et compliquer ces questions d’identité.

Menée à l’échelle du pays, mariant archives nationales et locales, l’étude de Rémi Dalisson raconte plus d’un siècle de « guerre des mémoires », mémoires toujours incandescentes, comme en témoigne la célébration polémique de la fin de la guerre d’Algérie. Il montre que les fêtes de guerre, à la différence d’autres commémorations nationales et en dépit de la disparition des acteurs, restent l’un des espaces centraux du débat politique national, l’un des lieux de mémoire primordiaux de la République.

  • Rémi Dalisson

    Rémi Dalisson, professeur des universités en histoire contemporaine à l’INSPE-Université de Rouen, est spécialiste de l’histoire des commémorations et des rapports entre histoire et mémoire ...

9782271072368
05/09/2013
334
15.0 x 23.0 cm

  • Presse:

"Les discours officiels joueraient-ils un rôle cathartique pour une conscience nationale en quête de repères ? Et si la fête elle-même était source de conflits ? C’est ce que nous montre l’historien Rémi Dalisson, professeur à l’université de Rouen."

Pauline Scémana, Le Point Références, septembre – octobre 2013

 

Rémi Dalisson a été interviewé par le journal Le Monde des livres, le 27 septembre 2013.

Rémi Dalisson a été interviewé par Alexandre Sulzer dans 20 Minutes le 7 novembre 2013.

Rémi Dalisson a été interviewé par Pauline Hofmann sur Lexpress.fr le 8 novembre 2013.

 

"Le présent ouvrage est une étude des « fêtes de guerre », définies comme étant « les célébrations organisées pendant et après les combats », qu’il s’agisse des fêtes nationales (comme le 11 novembre ou le 8 mai), ou des fêtes locales (comme les inaugurations de monuments aux morts par exemple), sur la période s’étendant de 1870 à nos jours."

Joël Drogland, clionautes.org, 7 novembre 2013

 

Rémi Dalisson a été interviewé par Edouard Ropiquet dans le journal Paris-Normandie, le 11 novembre 2013.

 

"Visitant plus d’un siècle de célébrations guerrières, l’historien Rémi Dalisson en décortique chaque chapitre, objet chaque fois d’empoignades, comme l’ont montre récemment les débats sur la commémoration de la guerre d’Algérie, dernier exemple de l’une de nos exceptions."

Alix Ratouis, Le Point, 21 novembre 2013.

 

" Il a publié en 2013 Les Guerres et la mémoire ou comment la pays se souvient des événements qui ont ensanglanté le pays. Des « fêtes nationales » qui naissent à la suite de 1870 et dont l’importance ne cessera d’amplifier au fil des conflits. Occasions de se souvenir, elles sont aussi le théâtre des passions."

Rouen Magazine, janvier 2014.

 

"Dalisson étudie bien les différents étages des pouvoirs publics,
en particulier pour ce qui concerne les communes, lieux essentiels."

Dominique Lejeune, Historiens & Géographes, jun 2014

 

  • TV/ Radio:

Rémi Dalisson était l’invité d’Emmanuel Laurentin sur France Culture dans l’émission « La Fabrique de l’Histoire », lundi 11 novembre 2013, de 9h06 à 10h.

Du même auteur
Les médias en parlent