Tromelin

Tromelin

L’île aux esclaves oubliés

19,00

31 juillet 1761. L’Utile, navire négrier de la Compagnie française des Indes, fait naufrage sur les récifs coralliens de l’île de Tromelin, minuscule atoll sablonneux perdu dans l’océan Indien. Parmi les rescapés, une soixantaine d’esclaves malgaches et cent vingt-deux hommes d’équipage. Une embarcation de fortune est construite avec les restes de l’épave. Elle repart avec les Français. Faute de place, les Malgaches restent sur l’île, contre la promesse qu’un bateau viendra bientôt les secourir. Promesse non tenue. Ce n’est que quinze ans plus tard, en 1776, qu’une corvette récupère les huit esclaves survivants : sept femmes et un enfant de huit mois.

Que s’est-il passé entre-temps ? Comment les esclaves oubliés ont-ils résisté aux assauts des tempêtes tropicales, au manque d’eau douce et de nourriture ? Comment sont-ils parvenus à maintenir un feu allumé sur une île dépourvue d’arbres ?

Depuis les expéditions archéologiques menées sur l’île en 2006 et en 2008 par Max Guérout et Thomas Romon, il est aujourd’hui possible de reconstituer l’existence de ces nouveaux robinsons. Pour la première fois, voici dévoilé l’ensemble de leurs découvertes. Une étude illustrée d’une superbe iconographie, qui raconte l’aventure terrible et unique de ces esclaves abandonnés sur une île d’1 km2, cernée par les déferlantes et harcelée par les ouragans.

Tromelin est une coédition Inrap (Insitut national de recherches archéologiques préventives) / CNRS Editions.

  • Max Guérout

    Max Guérout, archéologue sous-marin, s’est fait connaître, en particulier, par ses travaux sur les esclaves oubliés de Tromelin.Il est membre du laboratoire Histoire et archéologie maritimes (FED 4124 – Sorbonne Université – Musée de la Marine).

  • Thomas Romon

    Thomas Romon est archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

,
9782271070500
21/10/2010
200
13.0 x 19.0 cm

  • Presse :

 « Que s’est-il passé entre-temps ? Comment les esclaves oubliés ont-ils résisté aux assauts des tempêtes tropicales, au manque d’eau douce et de nourriture. Comment sont-ils parvenus à maintenir un feu allumé sur une île dépourvue d’arbres ? En 2006 et 2008 Max Guérout et Thomas Romon, archéologues, ont enquête sur place et ont reconstitué l’existence de ces nouveaux robinsons ».

Midi libre, le 9 novembre 2010.

 

« Tromelin n’a pas fini de livrer ses secrets. »

Alain Dupuis, Le Journal de l’île de la Réunion, le 9 novembre 2010.

 

« CNRS Éditions et INRAP viennent de sortir Tromelin L’île aux esclaves oublies. Max Guérout, directeur du Groupe de recherche en archéologie navale, et Thomas Romon, archéologue, y alternent les descriptions historiques et le récit des fouilles dans ce milieu extrêm ».

Ronan Larvor, Le télégramme de Brest, le 12 novembre 2010.

 

« Le résultat des deux premières campagnes vient de faire l’objet d’un livre cosigné ».

Benoît Hopquin, Le Monde, le 12 novembre 2010

 

« Une odyssée qui a d’ores et déjà inspiré outre les trois campagnes de fouilles, un documentaire intitulé Les esclaves oubliés de Tromelin (produit par MC4, disponible en DVD, sera diffusé sur TV5 Monde dans le courant du mois), une bande dessinée à paraître début 2011, un livre, Tromelin, L’île aux esclaves oubliés (CNRS Editions) »

François Daury, La Marseillaise, le 13 novembre 2010

 

« Les naufragés de l’île de Tromelin n’ont probablement pas encore livré tous leurs secrets. ».

Emmanuel Fournier, L’Histoire, novembre 2010

 

« L’intérêt du récit tient dans le refus du romanesque. Seuls sont pris en compte deux éléments qui se complètent étroitement : le témoignage des archives et le compte-rendu rigoureux des missions archéologiques effectuées sur les lieux. »

http://jacbayle.perso.neuf.fr/ novembre 2010

 

« Ils ont publié leur rapport de leurs fouilles dans un ouvrage lisible de tous, très dense et passionnant, qui bénéficie d’une iconographie riche grâce à laquelle le lecteur peut se plonger dans l’atmosphère de l’Ile de Sable et au cœur des fouilles actuelles. »

Camille Blachère, Archeologia, le 4 janvier 2011

 

« Comme dans une enquête policière, les auteurs répondent en s’appuyant sur les découvertes réalisées lors des fouilles. »

Rafaëlle Brillaud, Science et vie, le 26 janvier 2011

 

« Cette étude reconstitue à partir de fouilles archéologiques et de documents historiques le naufrage de l’Utile, navire négrier de la Compagnie Française des Indes, sur les récifs coralliens de Ile de Tromelin en 1761 »

Livres Hebdo, le 12 décembre 2010

 

« Cet automne a débuté la troisième campagne de fouilles sur l’île Tromelin. Les vestiges de cette tragédie humaine, qui vit survivre pendant 15 ans une communauté sur cet îlot minuscule, sont toujours aussi étonnants. »

Archéologia, décembre 2010

 

« En 1761, une soixantaine d’esclaves malgaches sont abandonnés sur l’île de Tromelin, dans l’océan Indien, ils étaient à bord d’un navire négrier de la Compagnie française des Indes en partance pour l’île Maurice, jusqu’à son naufrage sur ce minuscule bout de terre désertique. »

Sciences et Vie, le 26 janvier 2011

 

« ‘Max Guérout et Thomas Romon ont mené l’enquête et nous content l’incroyable et terrifiante aventure de ces Robinsons ».

Le Journal du CNRS, le 2 février 2011

 

« Ce livre est passionnant ».

Culture France 2, France 3 et Outre Mer, le 2 février 2011

 

« À la fin de l’année 2010, une équipe d’archéologues passionnés a effectué sa troisième mission sur l’île de Tromelin, dans l’océan Indien, en quête d’une histoire cruelle et miraculeuse à la fois. »

Arkéo Junior n° 182, février 2011

 

« Des objets en fer ont été forgés sur place sans toutefois que l’on sache si ceux qui ont été retrouvés sont l’œuvre des Français ou des Malgaches. »

L’Écho Républicain, le 18 février 2011

 

« Largement documenté par des visuels d’archives ainsi que des clichés de fouilles, le livre raconte en sept chapitres l’odyssée de ces robinsons d’un autre temps. » 

Connaissance des Arts, septembre 2011.

 

« Un contenu scientifique rigoureux au récit de deux aventures : celle des naufragés et celle, plus de deux cents ans plus tard, des équipes de fouilles qui dégagent de sous le sable les témoignages du passage des naufragés. »

Camille Blachère, Archéologia, juin 2013.

 

  • Radio/Télé :

Tromelin, l’Ile aux esclaves oubliés, a été chroniqué par Rafaëlle Brillaud dans l’émission de Stéphane Deligeorges, « Continent Sciences », sur France Culture, le 29 novembre 2010.

 

Max Guérout était l’invité de Marie Richeux dans l’émission « Pas la peine de crier » sur France Culture, mercredi 23 octobre 2013 à 16h.

Du même auteur
Les médias en parlent