La guerre froide et l’internationalisation des sciences

La guerre froide et l’internationalisation des sciences

Acteurs, réseaux et institutions

29,00

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le processus d’internationalisation de la science s’accélère et le projet – déjà ancien d’établir « un espace européen de la recherche » se précise. La science fait débat et désigne désormais, dans une conception qui s’élargit, un ensemble de systèmes de savoirs, de pratiques et de dispositifs institutionnels. Le contexte de la guerre froide et les pratiques et échanges scientifiques interagissent. La guerre froide entraîne des reconfigurations, entre les États-Unis et l’Europe notamment, sans stopper les circulations entre les blocs rivaux. Trois questions principales traversent cet ouvrage qui s’inscrit dans le champ des « Cold War Studies » : quelle est la place du chercheur dans le réseau des institutions scientifiques, des structures politiques et des flux financiers ? Comment les réseaux scientifiques se mettent-ils en place à l’intersection de la science et de la politique ? Quelles sont les modalités des circulations, transferts et échanges entre les différentes cultures scientifiques ?

  • Corine Defrance

    Directrice de recherche au CNRS (SIRICE, Paris), enseigne à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne et codirige l’axe « Europe des guerres et des traces de guerre » du Labex « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE) ...

  • Anne kwaschik

    Anne Kwaschik, Gerda Henkel Research Fellow, enseigne à la Freie Universität de Berlin ...

9782271089946
CNRS Alpha
15/04/2016
156
15.0 x 23.0 cm

« Erudit et bien écrit (…), le livre évoque aussi les politiques de coopération scientifique en Europe à la même période et s’interroge sur la notion d’espace européen de la recherche. »

La Recherche, novembre 2016

Du même auteur
Les médias en parlent