Mourir pour Sarajevo ?

Mourir pour Sarajevo ?

Les États-Unis et l’éclatement de la Yougoslavie

25,00 (Disponible en numérique)

Un conflit qui oppose une armée à des civils, l’ONU paralysée par ses divisions, le monde entier saisi d’effroi face au drame des réfugiés et à la mise en œuvre du « nettoyage ethnique »… C’était la dernière guerre européenne du XXe siècle, conséquence sanglante de la chute du mur de Berlin et jalon essentiel pour comprendre les débuts de l’après Guerre froide.

Vingt ans après, Maya Kandel dévoile les dessous de la guerre de Bosnie et de l’intervention américaine. L’histoire d’une paralysie européenne qui marque aussi l’apogée de l’« effet CNN », avec la diffusion des images de camps de prisonniers et le parallèle avec l’Holocauste pour mobiliser les opinions publiques. Une guerre d’un genre nouveau, soulignant le poids des lobbies américains, l’implication des cabinets de relations publiques au service de chacune des parties, de Milosevic à Tudjman, le rôle des organisations juives américaines aux côtés des musulmans de Bosnie…

Après trois années de tergiversations et de massacres, les Américains vont recourir aux vieilles méthodes pour renverser la situation : faire la guerre aux Serbes par Croates interposés. Sur la base d’archives inédites, Maya Kandel révèle qu’en 1994, pour contourner l’embargo onusien, Clinton donne son feu vert aux livraisons secrètes d’armes iraniennes et turques aux Croates puis aux Bosniaques.

Un décryptage historique à rebours des interprétations dominantes sur la désintégration de la Yougoslavie.

  • Maya Kandel

    Docteur en histoire de l’Institut d’Études politiques de Paris, Maya Kandel est également diplômée de Columbia University, chargée d’études à l’Institut de Recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) et chercheuse associée au sein de l’Observatoire de la Politique américaine de l’université Sorbonne Nouvelle (Paris 3).

9782271076090
07/03/2013
384
15.0 x 23.0 cm

  • Presse:

« Se fondant sur une connaissance précise des mécanismes américains de prise de décision, en rappelant à juste titre que le lobby serbe à Washington fut au moins aussi puissant que le lobby albanais, bosniaque ou croate. »

Jean-Arnault Derens, Le Monde diplomatique, septembre 2013.

 

« Au final, le poids des argumentaires et leur résonance par rapport à la culture politique ressortent bien. » 

Esprit, octobre 2013.

 

« Ce livre constitue par sa clarté et sa richesse à la fois un modele de methode et un instrument exceptionnel pour comprendre, au-delà de la guerre de Yougoslavie, les rouages et les tendances de la politique extérieure américaine. »

Pierre Hassner, Revue française de science politique, décembre 2013

 

  • Radio/ Télé:

Maya Kandel était l’invitée de Marc Voinchet dans les « Matins » de France culture mardi 25 juin 2013.

 

Mourir pour Sarajevo a été chroniqué par Jean-François Kovar sur Radio Judaïca dans l’émission « Passé-Présent », le jeudi 4 juillet 2013 à 10h.

Maya Kandel était l’invitée de Toufik Benaichouche dans les « Géopolitique, le débat » sur RFI, dimanche 31 juillet 2016.

Les médias en parlent