Clemenceau

Clemenceau

Dernières nouvelles du Tigre

19,00 (Disponible en numérique)

Revendiqué désormais par nombre de nos dirigeants politiques, sujet de films et d’expositions à succès, le souvenir de Clemenceau n’a jamais semblé aussi vivant, aussi stimulant. Mais cette large adhésion à sa mémoire ne saurait faire oublier qu’il n’a jamais manqué, en son temps, de susciter, à droite et ailleurs, les critiques les plus vives, les controverses les plus ardentes. C’est l’effet d’un tempérament hors de pair : tout au long de son chemin, le Tigre ne cessa pas de rompre fougueusement avec tous les conformismes et, sans relâche, de faire de sa vie entière un combat. S’attachant à saisir l’homme au plus près de sa vérité, romanesque et multiforme, Jean-Noël Jeanneney éclaire diverses facettes d’un Clemenceau inattendu, ami de la Grèce, du Japon et de la Chine, protecteur des arts, jacobin autant que décentralisateur, pionnier de l’écologie politique et précurseur de l’État-providence, négociateur plus avisé et réaliste qu’on ne l’a dit, inclassable, insubmersible, impétueux et farouchement indépendant.

  • Jean-Noël Jeanneney

    Est professeur émérite des universités à l’Institut d’études politiques de Paris.

9782271089380
11/02/2016
224
14.0 x 22.0 cm

« L’admiration affleure à chaque page sans limer le sens critique de l’historien. Avec sa langue précise où fleurit – c’est si rare – le bel imparfait du subjonctif, l’auteur revient sur les combats incessants menés par l’impétueux qui ferraillait encore, deux mois avant de mourir, contre l’attaque posthume du maréchal Foch critiquant sa conduite des négociations de paix de 1919. L’occasion de redécouvrir le vieux bretteur qui savait ne pas tout donner au combat politique et cultiva ses passions, jusqu’au crépuscule de 1929, dans sa Vendée natale. »

Christophe Lucet, Sud Ouest, 14 février 2016

« Clemenceau ? Le briseur de grève, le premier flic de France, l’individualiste farouche, le jusqu’au-boutiste de la Première Guerre, le négociateur d’un traité de Versailles auquel on impute l’abaissement excessif de l’Allemagne en 1918, qui fournit à Hitler l’un de ses thèmes de propagande les plus destructeurs. C’est pour redresser ces idées, à ses yeux trop convenues, que Jean-Noël Jeanneney, le plus fin de nos historiens, publie Dernières Nouvelles du Tigre, dans le style élégant qui le caractérise. Un portrait tissé de sympathie – Jeanneney, compagnon fidèle de la gauche, est de tradition radicale -, mais qui n’esquive pas l’envers du personnage, énergique jusqu’à la brutalité, guerrier implacable, polémiste cruel et souvent de mauvaise foi. »

Laurent Joffrin, Libération, 25 février 2016

Un « petit essai d’analyse historique, vif et brillant, fait d’allers-retours judicieux entre le passé et le présent. »

Jacques de Saint Victor, Le Figaro Littéraire, 10 mars 2016

« Jean-Noël Jeanneney compte parmi nos meilleurs historiens. Son dernier opus peut, de prime abord, paraître académique : un nouveau Clemenceau, un de plus. Il n’en est rien. Car c’est un nouveau Clemenceau bien inattendu qu’il nous révèle. »

Challenges, 10/16 mars 2016

« Le mérite du petit livre de Jean-Noël Jeanneney, recueil d’articles prédécemment parus, consiste précisément à mettre en valeur les multiples combats réformistes de cette personnalité d’exception, notamment pour l’amélioration de la condition ouvrière, le pouvoir du Parlement, la liberté de la presse, le droit d’auteur ou encore la défense d’une laïcité intransigeante. »

Pierre Karila-Cohen, Le Monde des Livres, 25 mars 2016

« L’auteur récite Clemenceau avec beaucoup de plaisir. Il salut la plume. Il salut le style, le ton, le goût de la belle phrase. Il salut le lettré, l’homme de l’art, ami de Manet et de tant d’autres artistes de l’époque. Il oscule l’apparent paradoxe du social-démocrate et libéral mais fervent partisan de l’interventionnisme d’État et infatigable combattant du libéralisme. »

Jean-Frédéric Desaix, L’Ours, mai 2016

« Cette entreprise de Jeanneney devrait être régulièrement reproduite quant à la vie et l’œuvre des « grands hommes », car l’Histoire les « piédestalise » jusqu’à en produire une image figée, ce qui est le contraire de la réalité dans laquelle ils ont vécu et que l’on cherche pourtant à se rappeler et comprendre. »

Jean-Baptiste Veber, La Cliothèque, 2 juillet 2016

« Libre, indépendant et intransigeant, mais aussi fougueux et attachant, Clemenceau apparaît dans cet ouvrage passionnant, comme dans ses actions passées, en parfaite concordance avec notre temps. Ce qui nous fait attendre, avec impatience, les prochaines nouvelles du Tigre. »

Christophe Bellon, Histoire@politique, 10 janvier 2017

Radio :

Jean-Noël Jeanneney était l’invité de Frédéric Taddeï sur Europe 1 pour le « social club » du jeudi 18 février 2016.

Jean-Noël Jeanneney était l’invité de Pierre-Edouard Deldique sur RFI pour le magazine « Idées » dimanche 10 avril 2016, en direct du Musée Clemenceau.

Du même auteur
Les médias en parlent